Le Synecat critique le partenariat avec l’Etat

0
38

Le syndicat des enseignants des écoles conventionnées catholiques (Synecat) s’est réuni en Assemblée générale au Carrefour des jeunes de Kinshasa (Matonge), le samedi 31 juillet 2010 sous le thème « Promouvoir la qualité de l’enseignement valorise la fonction enseignante.  

Cette assemblée générale s’est basé sur deux points saillants dont : l’évaluation de l’année scolaire 2009-2010 et le rapport des négociations entre le gouvernement et les enseignants. Jean-Bosco Puna, le secrétaire général du Synecat a épinglé plusieurs points:

– la démotivation généralisée du personnel enseignant des écoles des provinces ainsi que des écoles défavorisées de Kinshasa.

– l’insécurité socioprofessionnelle des enseignants victimes des mutations arbitraire, injuste et primitive provenant  des gestionnaires réfractaires.

– la chasse intempestive des élèves insolvables

– l’organisation de l’examen d’Etat suivant le principe du moindre effort, ainsi que le non respect des critères officiels de délibération.

Par rapport aux questions liées à l’année scolaire 2009-2010, Jean-Bosco Puna a invité les enseignants congolais à dénoncer toutes les impunités dans les milieux professionnels. Les enseignants présents ont sollicité l’annulation des résultats de l’Examen d’Etat pour non respect des différentes étapes constituant ladite procédure. Devant ce fait, le Synecat invite le ministre de l’EPSP, Maker Mwangu à rationaliser l’organisation de l’Examen d’Etat dans toutes ces étapes ; de la composition, à la passation, à la correction et afin à la publication des résultats en vue de réduire les erreurs matérielles qui causent du tort aux écoles et aux élèves.  En ce qui concerne la corruption au niveau de l’enseignement congolais, la responsabilité est partagée entre les parents qui par manque des moyens ne laissent plus les enfants reprendre l’année, vu les mauvaises conditions de vie; des enseignants se laissent corrompre et les promoteurs des écoles catholiques, protestantes, privées sont tous devenus les pratiquants de la maffia, a souligné Jean-Bosco Puna. Le deuxième point qui s’est basé sur le rapport des négociations gouvernement-syndicats a eu comme le point focal « le barème de Mbudi » qui est de 936.283 FC que perçoivent tous les secrétaires généraux de l’Administration Publique. Et le Synecat veut que le gouvernement respecte la tension de 1 à 10.

         C’est depuis le mois de juillet de l’année passée que le Synecat a déposé le mémo relatif aux revendications légitimes des agents et fonctionnaires à l’Assemblée Nationale en vue de revoir la question de la prise en charge des enseignants de l’école primaire et secondaire par le gouvernement, afin de pouvoir respecter l’article 54 de la constitution relatif à la prise en charge des enseignants de l’Epsp par le gouvernement.

         Cependant,  la prime du Cinquantenaire de 8.000 FC n’a été perçue que par les enseignants de la ville de Kinshasa. Modeste Rachidi Jayombo, membre du Syndicat indépendant invite les fonctionnaires à réclamer leur droit, comme il se doit.

         Dorcas Nsomwe

 

LEAVE A REPLY

*