Le sommet de Kinshasa note un recul démocratique en Afrique

0
21

La clôture des travaux de la 18è assemblée régionale de l’APF (Assemblée parlementaire de la francophonie) est intervenue, hier mardi 11 mai en début de soirée.

Pendant deux jours, soit du lundi 10 au mardi 11 mai 2010, les participants ont passé en revue la situation qui prévaut dans chaque pays membre, et réfléchi sur l’avenir de leur association.

De cette analyse, ils ont fait un constat amer selon lequel il y a recul de la démocratie dans certains pays membres de l’espace francophone.

La situation est due pour la plupart des cas aux coups d’Etat qui ont refait surface ces derniers temps sur le continent noir.

Condamnant fermement cette situation qui fait reculer davantage l’Afrique, les participants se sont toutefois butés à des difficultés pour lever l’option face à  ce qui s’est passé dans certains pays. Notamment au Niger où le coup d’Etat a été jugé pour sortir de la crise créée de toutes pièces par Mamadou Tandja qui tenait à tout prix à se maintenir au pouvoir.

Ils ont tout simplement recommandé à la junte d’accélérer le processus pour le retour à l’ordre constitutionnel. Idem pour la Guinée Conakry.

Par contre, ils se sont montrés fort inquiets pour ce qui se passe en Cote d’Ivoire, Madagascar, etc.

Outre cette analyse pays par pays, les délégués au sommet de Kinshasa ont évalué l’application de la Déclaration de Bamako, en plaidant pour son observation complète par tous les membres signataires. 

Ci-dessous l’intégralité du communiqué final:

A l’invitation de l’Honorable Evariste BOSHAB, Président de l’Assemblée nationale de la République Démocratique du Congo, Président de la Section congolaise de l’APF, la 18ème Assemblée régionale Afrique de I’Assemblée parlementaire de la francophonie s’est tenue à Kinshasa en République Démocratique du Congo, du 10 au 11mai 2010, au Salon Congo du Grand Hôtel de Kinshasa.

Etaient présentes les sections et délégations ci-après :

1. BENIN;

2. BURKINA FASO;

3. CAMEROUN;

4. CENTRAFRIQUE;

5. REPUBLIQUE DU CONGO;

6. REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

7. EGYPTE;

8. GABON;

9. GUINEE EQUATORIALE;

10. MALI;

11. MAROC;

12. TCHAD;

13. TOGO;

l4.SENEGAL;

15. CEMAC

16. OIF;

17. SECRETARIAT GENERAL APF ;

L’ordre du jour comprenait les points suivants :

1. Adoption de l’ordre du jour ;

2. Rapport du Chargé de mission Afrique, M. Bongnessan Arsène YE, Député du

Burkina Faso;

3. Situation politique et sociale du Continent:

– Présentation sur tes situations de crise dans l’espace francophone, par Mme Paulette OYANE-ONDO, Députée du Gabon et Rapporteur de la Commission Politique de I’APF;

– Intervention de Monsieur l’Ambassadeur Emile OGNIMBA, Directeur des Affaires politiques de l’Union Africaine

4. Déclaration de BAMAKO, 10 ans après :

– Mise en perspective du document sur les critères de Démocratie parlementaire adopté par l’APF en juillet 2009 au regard des critères et paramètres de la Déclaration de BAMAKO ;

– Introduction par la section sénégalaise ;

– Intervention de Mme Christine DESSOUCHES, Conseillère spéciale représentant le Secrétaire général de la Francophonie

– Médiation francophone- ;

– Intervention de Mme Christine DESSOUCHES, Conseillère Spéciale et  Représentante du Secrétaire général de la Francophonie.

5. Préparation de la XXXVIème Session de I’APF qui se tiendra à Dakar au Sénégal du 4 au 7 juillet 2O1O préparation du débat général (Thèmes à proposer par la section sénégalaise) ;

6. Date et lieu de la prochaine réunion de l’Assemblée régionale Afrique ;

7. Questions diverses.

Après avoir approuvé sans modification I’ordre du jour, I’Assemblée a entendu le rapport d’activité de la Région Afrique fait par M. BONGNESSAN Arsène YE, Chargé de mission Afrique, député du Burkina Faso, qui a retracé les activités de la région Afrique de juillet 2009 à mai 2010.

Dans son rapport, M. BONGNESSAN Arsène YE a fait notamment état des différents séminaires, missions d’observation, activités de vigie de la démocratie, de prévention et de règlements des conflits, des conclusions de la deuxième Conférence des Présidents d’assemblée et de section de la région Afrique de l’APF.

L’Assemblée s’est félicitée de ce rapport et l’a approuvé à l’unanimité.

Concernant la situation politique et sociale du Continent, I’Assemblée a entendu la présentation de Mme Paulette OYANE-ONDO, députée du Gabon, et rapporteur de la Commission politique de l’APF.

Dans son exposé, Mme Paulette OYANE-ONDO a évoqué des situations de crises qui prévalent dans certains pays francophones d’Afrique suspendus de I’APF notamment la Guinée Conakry, le Niger, la Côte d’Ivoire, le Madagascar, mais aussi le cas de la Mauritanie mis sous observation.

Dans les débats qui ont suivi, I’Assemblée a exprimé des inquiétudes sur le recul de la démocratie dans ces pays. S’agissant du NIGER l’Assemblée s’est interrogé sous l’attitude qu’il aurait fallu adopter vis-à-vis de la situation au Niger qui a débouché sur un coup d’Etat militaire aujourd’hui paradoxalement envisagé comme un moyen de sortir de la crise.

Elle émet le souhait de voir la junte militaire prendre des mesures nécessaires pour le rétablissement rapide de I’ordre constitutionnel.

Concernant la GUINEE CONAKRY, I’assemblée a pris acte de la volonté de la junte au pouvoir d’organiser des élections au mois de juin prochain.

Concernant la COTE D’IVO|RE, l’Assemblée a regretté le retard qui continue d’être enregistré dans le processus électoral en cours et a émis le voeu de voir se tenir dans le meilleur délai les élections générales.

S’agissant de Madagascar, I’Assemblée a pris acte des accords politiques intervenus entre les différents acteurs de la crise et a émis le voeu de voir s’organiser rapidement dans le meilleur délai les élections libres, démocratiques et transparentes en vue du rétablissement de l’ordre constitutionnel.

Concernant la Mauritanie, l’Assemblée a pris acte de la mise sous observation par l’APF pour une durée deux ans, conforment à ses Statuts, après I’organisation effective des élections présidentielles anticipées qui ont amené le rétablissement de l’ordre constitutionnel.

A propos des Comores, I’Assemblée a relevé la nécessité de surveiller le processus électoral en cours jusqu’à son aboutissement.

Enfin concernant le Burundi, l’Assemblée a noté avec satisfaction le retour de la stabilité politique.

Concernant la crise au Proche-Orient, I’assemblée réaffirme son attachement à toutes les résolutions de I’APF tendant à assurer une paix juste et durable, la stabilité et la sécurité pour tous les pays du Moyen-Orient. Elle encourage en particulier des nouvelles négociations directes entreprises entre l’Etat d’Israël et la Palestine.

L’Assemblée a émis le souhait de voir le prochain rapport intégrer effectivement la dimension sociale et ses conséquences sur la vie politique du Continent.

Concernant la Déclaration de Bamako, après avoir entendu I’exposé introductif de M. ABDOU FALL, 2ème Vice-Président de l’Assemblée nationale du Sénégal, l’Assemblée se félicite de la mobilisation des parlementaires autour du thème « BAMAKO 2010 »

Elle soutient l’idée de l’autoévaluation des critères et paramètres de la démocratie tels qu’évoqués dans le document intitulé «  la réalité démocratique des Parlements : Quels critères d’évaluation ? » et s’engage à en assurer la pleine faisabilité.

S’agissant spécialement du critère de I’observation préventive, I’Assemblée a affirmé sa ferme volonté de continuer à enrichir davantage ces mécanismes.

Concernant les missions de bons offices et la médiation francophone, tout en se félicitant de I’action menée jusqu’ici par l’OIF et reconnaissant la place et le rôle que peuvent jouer le parlement et les parlementaires dans la prévention et le règlement des conflits, notamment dans le cas d’alerte précoce, l’Assemblée recommande l’intensification et le renforcement des liens établis entre l’OlF et I’APF, ainsi que la systématisation de leur partenariat, dans le Sens d’une plus grande collaboration.

Elle encourage aussi l’ OlF et I’APF a rechercher les fonds nécessaires au financement de ces actions de médiation.

L’Assemblée a entendu la communication de M’ Mamadou SECK’ Président de l’Assemblée nationale du Sénégal sur la préparation de la XXXVIème session de l’APF qui aura lieu à Dakar, au Sénégal, en juillet prochain et a attiré l’attention de toutes les sections sur le fait de prendre leurs inscriptions dans les meilleurs délais.

Enfin l’Assemblée a accepté I’offre de son excellence M. RADI, Président de la chambre des députés du Maroc, d’accueillir la XIXème Assemblée régionale de la Francophonie dans son pays.

Après avoir entendu la communication de Dr. NDOYE sur la pandémie VIH/s|DA qui sévit en Afrique (72% en Afrique subsaharienne), I’Assemblée a tiré la sonnette d’alarme et a exprimé avec fermeté son soutien à l’accord APF/ONU-SIDA qui sera signé à Dakar en juillet Prochain.

Elle recommande une forte mobilisation des Parlementaires pour soutenir la lutte contre le VIH/SIDA surtout en cette année de reconstitution du Fonds Mondial.

L’Assemblée a noté avec satisfaction I’annonce faite par son Excellence M. Joseph KABILA KABANGE, président de la République Démocratique du Congo lors de la cérémonie de sa décoration dans l’ordre de la Pléiade, ordre de la francophonie et du dialogue des cultures, de la tenue en 2012 à Kinshasa du prochain sommet de la francophonie.

Avant de clore ses travaux I’Assemblée a adopté une motion de remerciements à la section APF de la RDC et à son Président ainsi qu’à son Président d’honneur’

Fait à Kinshasa, le 11 mai 2010

L’Assemblée régionale Afrique

 

LEAVE A REPLY

*