Le secrétaire exécutif du CSRP a sensibilisé à l’Equateur et au Katanga

0
34

Reunion CSRP 1La campagne de vulgarisation de la loi organique de la police, du statut du policier  et de la police de proximité, poursuit. Et le secrétaire exécutif du CSRP prend à cœur les exigences de la campagne de sensibilisation de ces textes de lois et réglementaires devant régir la Police nationale congolaise. Car, il faudrait que les policiers, sur toute l’étendue du territoire national, en dehors de ceux oeuvrant dans les provinces-pilotes où l’on expérimente le projet de la police de proximité, puissent appréhender les grandes mutations opérées au sein de leur corps, afin qu’ils s’approprient les acquis de tous ces changements et en assurent la pérénnisation. La population, consommatrice des services de la police, comme on le sait, est pressée de disposer d’une nouvelle police avec un nouvel état d’esprit, qui puisse assurer avec beaucoup plus d’efficacité et de professionnalisme, sa sécurité et celle de ses biens.

Et comme la police est une affaire de tous, et concerne toute la nation, le général Michel Elesse Yombentole, vient d’effectuer une mission à l’Equateur et au Katanga. Dans ces deux provinces, il a eu à sensibiliser les membres de l’Assemblée provinciale, les autorités politico-administratives, et la société civile, qui sont les consommateurs des services de la police.

 C’est lors des réunions de travail organisées à cet effet, que le général Michel Elesse s’est attelé à expliquer les principales innovations introduites au sein de la Police nationale congolaise, avec la promulgation de plusieurs textes de lois et réglementaires. Dévoilant le contenu de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la PNC, le secrétaire exécutif du CSRP a insisté sur l’introduction des notions du respect des droits de l’homme, et de la lutte contre la corruption.                      La nouvelle police prend en compte la lutte contre les violences liées au genre, la surveillance et la protection de l’enfant. Aujourd’hui, la Police nationale congolaise , a fait savoir le secrétaire exécutif du Comité de suivi de la réforme de la police, intègre la dimension genre dans le recrutement comme dans les avancements en grade dans la carrière du policier.

Epinglant les innovations majeures insérées dans le statut du policier, il a révélé que le policier est désormais régi par cette loi pour sa profession, tandis que le personnel administratif est régi par le statut du personnel de carrière des services publics de l’Etat. Contrairement à ce qu’on a connu à une certaine époque, l’âge d’incorporation dans la police est de 18 ans au moins et 35 ans, au plus, sur base d’un concours de recrutement tenant compte de la formation, des compétences et des spécialisations.

            Parmi les grandes notions qui ont suscité l’enthousiasme des représentants de la société civile, le général Michel Elesse a noté que la police est désormais un service et non plus une force. Elle est démilitarisée, apolitique et républicaine, plus proche de la population et réellement à son service. Telle est la philosophie de base de la police de proximité.

            A en croire les échos provenant des provinces, après ces campagnes de sensibilisation sur la réforme de la police, les réactions de la population sont très positives. Et elle attend avec impatience la mise en œuvre de toutes ces mutations au sein de la PNC.

                                                                                                          J.R.T.

LEAVE A REPLY

*