«Le salut de la RDC dans la SADC, c’est d’adhérer à la Zone de Libre Echange »

0
404

De retour de Windhoek où il a participé à la réunion du Conseil des ministres de la Communauté de développement de l’Afrique Australe « SADC », le ministre de l’Industrie, Anicet Kuzunda, a fait hier mardi 15 mars une restitution, dans son cabinet de travail, de principaux points traités durant cette session tenue du 3 ou 4 mars 2011.

 A cet effet, il a indiqué, en premier lieu, que le Conseil des ministres s’est attelé à la revue de la mise en œuvre des décisions du Conseil. A ce niveau, il a été question de  l’évaluation à mi-parcours du plan stratégique indicatif du développement régional et l’approbation que l’exercice d’évolution à mi-parcours soit financé dans son intégralité par les Etats membres. En ce qui concerne la revue de la mise en œuvre des décisions du Conseil, l’accent a aussi été mis sur la proposition d’établissement d’une Zone de Libre Echange tripartite COMESA-EAC-SADC.
 En deuxième lieu, Anicet Kuzunda a rapporté que le Conseil a suivi la présentation du rapport du comité des Finances qui a fait savoir que plusieurs pays ont versé l’intégralité de leurs contributions annuelles pour l’exercice 2010-2011. Dans le lot, on retrouve,  l’Angola, le Botswana, la RDC, le Lesotho. A la suite du rapport du comité des Finances le Conseil a approuvé l’établissement d’un Comité d’Audit ainsi que la Charte d’Audit interne révisée. Alors que le Conseil a aussi approuvé les états financiers vérifiés pour l’exercice clos au 31 mars de l’année dernière, il a été aussi présenté  les comptes annuels pour 2009-2010, le rapport des commissaires aux comptes et le rapport sur l’état d’exécution budgétaire écoulé. Ainsi, le représentant de la RDC a fait savoir au cours de ce point de presse que le conseil avait approuvé les prévisions de dépenses de 83,5millions de dollars pour 2011-2012.

 

Impact de la SADC en RDC

 Concernant les autres questions, le patron de l’Industrie nationale a souligné qu’il a été soulevé la question d’immigrants illégaux dans la région de la SADC. Répondant à la question de savoir quel impact le peuple congolais pouvait tirer de son adhésion au sein de la SADC, le ministre a dit que les résultats de la participation de la RD Congo en tant que pays membre de la SADC ne pourront être palpables que quand nous aurons adhéré à la Zone de libre Echange, qui permet de promouvoir le commerce et l’industrie des Etats à travers la libre circulation des hommes d’affaires.
Pour rappel, la SADC comporte en son sein 15 pays dont la RDC qui y a adhéré en 1997. Créée en 1992, l’organisation s’est donné pour missions entre autres de réussir le développement et la croissance économique ; réduire la pauvreté, augmenter le niveau et la qualité de vie des populations de l’Afrique Australe ; promouvoir le développement durable sur la  base de la responsabilité collective et l’interdépendance des Etats-membres ; promouvoir et maximiser l’emploi productif et l’utilisation écologique des ressources naturelles et la protection effective de l’environnement ; renforcer et consolider la longue tradition des affinités historiques, sociales et culturelles ainsi que les liens entre les peuples de la région.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*