Le RENATELSAT plaide pour l’implication du gouvernement

0
119

 De nombreux projets dans le secteur de la télécommunication sont en veilleuse faute de financement.
 Cette question était au centre des échanges que le ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication a eus, hier mardi 10 juillet dans son cabinet de travail, avec une délégation du Renatelsat (Réseau national des télécommunications par satellite).
 Après avoir passé en revue les problèmes que connaît son service, l’Administrateur directeur général du Renatelsat a présenté au ministre des PT-NTIC un programme de relance en vue de rendre le Renatelsat plus compétitif et comble des besoins en net en République démocratique du Congo.

 Selon Richard Achinda Wahilungula, le programme s’articule autour de plusieurs projets notamment le lancement du 1er satellite congolais, la construction du réseau de base de transmission ou backbone national reliant tous les chefs-lieux et districts des provinces du pays, la mise sur pied de la télévision numérique terrestre, la réalisation de projets de VSAT pour l’enseignement à distance et de la E-médecine via le net.
 On signale que ces réalisations seront bénéfiques pour accroître les recettes du Trésor public.
 En outre, l’Adg du Renatelsat a fait part au ministre Tryphon Kin-Kiey Mulumba des contrats signés depuis des années, mais qui souffrent de blocage par manque de moyens financiers.
 Parmi ces contrats, figure celui de lancement du premier satellite signé le 19 janvier 2011 avec la société China Telecom, dont la demande en lignes de crédits reste attendue par EXIM BANK.
 Par ailleurs, on renseigne qu’une fois le satellite lancé, la Rdc sera le 3ème pays africain après l’Egypte et le Nigeria à acquérir cet instrument de la nouvelle technologie des télécommunications.


 C’était également l’occasion pour Richard Achinda de plaider pour l’activation du dossier Vsat élaboré avec une firme indienne pour la mise sur pied des réseaux universitaires et de santé par le net, dont la Rdc a manqué d’abriter le Hubb actuellement logé au Sénégal.
Cette nouvelle technologie satellitaire pourra également profiter au secteur militaire en apportant un système d’atterrissage, de guidage et de repérage supérieur aux procédés les plus réputés tels que le GPS avec un centre moderne de gestion et de contrôle satellitaire, ainsi que le transfert des compétences aux experts congolais.
 La délégation du Renatelsat a aussi profité de la rencontre pour solliciter l’implication du gouvernement afin de mettre fin à la cacophonie qui règne actuellement dans le secteur, singulièrement au sujet des rôles et compétences de toutes les structures des télécommunications et de se pencher sur la question de transmission des statuts de leur entreprise.
 L’acquisition des titres de propriété des sites du Renatelsat occupés illégalement par des tiers, a été  évoquée. A ce sujet, l’Adg Achinda a fait part au ministre des PT-NTIC d’un projet d’érection d’un bâtiment Telecom digne de ce nom. C’est un cadeau signé République de Chine. Le démarrage est conditionné par l’obtention d’un terrain au centre-ville de dix mille mètres après.
 «Il est inacceptable que tout le monde achète son Vsat, alors que le Renatelsat existe », s’est indigné le ministre Kin-Kiey Mulumba en guise de réaction. Avant de recommander à la délégation de bien préparer les dossiers et projets d’arrêtés en vue de leur présentation au gouvernement.
 Par ailleurs, dans le cadre de la poursuite des visites dans les entreprises de son secteur, le ministre des PT-NTIC sera ce mercredi 11 juillet à Microcom, Cielux, Vodanet, Afrinet. Et le jeudi 12 juillet, à Cybernet, Iburst, Orion et Standard Telecom.
 Tandis que le vendredi 13 juillet, il aura une réunion avec les responsables des sociétés de téléphonie mobile, et des dirigeants des fournisseurs d’internet.


Dom   

LEAVE A REPLY

*