Le recensement des enseignants de l’EPSP démarre à la prochaine rentrée scolaire

0
76

Un important protocole d’accord a été signé jeudi dernier au ministère du Plan entre la Coopération Britannique (DFID) et le gouvernement de la République Démocratique du Congo. Ce Protocole d’accord  porte sur le financement du recensement des enseignants de l’enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP) et de l’élaboration de la carte scolaire en RDC.

La partie britannique a été représentée à cet événement par Phil Evans, Chef de Mission de DFID, tandis que la partie congolaise l’a été par Olivier Kamitatu, ministre du Plan. La cérémonie a également connu la participation Maker Mwangu Famba et Upira Sunguma Kagimbi, respectivement ministres de l’EPSP et de la Fonction publique, sans oublier les représentants de la Coopération Technique Belge (CTB).
Trois discours ont été prononcés tour à tour par le Chef de Mission de DFID, le ministre de l’EPSP et par le ministre du Plan, avant l’échange des documents du protocole d’accord. 

Dans son intervention, Phil Evans a tenu à souligner l’importance de la coopération dans le secteur de l’éducation entre la Dfid et la RD Congo :
«Cette occasion marque l’aboutissement d’une longue période d’engagement et d’efforts conjoints entre le gouvernement de la RDC, le gouvernement britannique et l’Agence Belge de Développement pour préparer ce projet d’envergure. Mais ce moment marque surtout le début officiel d’un travail de collaboration d’importance vitale pour l’avenir du secteur de l’Education en RDC. »

 

Il convient de noter que les données issues du recensement des enseignants et de l’élaboration de la carte scolaire apporteront une contribution importante aux réformes prévues pour le secteur et pour l’accès amélioré des enfants congolais à l’éducation.
Le projet, dont le coût total se chiffre à USD 18,6 millions, vise à faire de la réhabilitation du secteur de l’éducation une priorité vitale. En effet, l’Education pour tous est une condition de remise en mouvement du pays pour atteindre une croissance durable. Atteindre cet objectif exige l’accès pour tous, l’équité et la qualité de l’éducation. C’est sur base de ces priorités que le gouvernement a décidé de lancer cette vaste opération de recensement des enseignants mécanisés ainsi que non-mécanisés et de tous les personnels administratifs de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel ainsi que l’élaboration de la carte scolaire.
Pour la première fois en RD Congo, le projet fournira les informations pour déterminer la capacité d’accueil du système scolaire, les données de base utiles à la planification et à l’allocation des ressources pour le secteur de l’éducation.

Enfin, le projet vise à mettre à la disposition du gouvernement une base de données actualisée et enrichie de tous les personnels de l’enseignement public conventionné. Ceci devrait permettre de simuler le coût de la politique de gratuité de l’enseignement pour tous et de rechercher les moyens de son financement. La première carte scolaire complète du pays est indispensable pour évaluer l’offre actuelle en matière d’enseignement.

Signalons que le recensement démarrera dès la rentrée scolaire prochaine (2011-2012) et s’échelonnera sur 9 mois, soit d’octobre 2011 à juin 2012. Son mode opératoire sera caractérisé par des descentes sur le terrain, des rencontres avec les enseignants, la collecte des informations nécessaires à la gestion, la paie et la planification. Les données ainsi recueillies seront vérifiées sur le terrain, acheminées à Kinshasa et saisies, ensuite re-contrôlées avant leur chargement dans une base de données des personnels, d’une part, et des établissements, d’autre part. D’importants moyens humains, matériels et financiers seront mobilisés : staff au niveau central et dans les 30 provinces éducationnelles, d’importants équipements logistiques (jeeps, motos, vélos, moteurs hors-bord etc. ; et des équipements techniques (ordinateurs, groupes électrogènes, GPS appareils photo numériques, etc.)

LEAVE A REPLY

*