Le professeur Kibiswa Naupess attend sa réhabilitation

0
70

A moins d’un revirement spectaculaire, le dossier du professeur associé Naupess Kibiswa est en voie d’être réglé au niveau des instances académiques et ministérielles compétentes. Cinq mois après son retour  des Etats-Unis d’Amérique où il avait séjourné pour préparer et défendre sa thèse de docteur en institutions de santé, cet homme que l’on ne présente plus a eu la surprise de voir son nom rayé de la liste de paie de nouveaux  professeurs à thèse.

Déçu par le silence de certaines institutions étatiques, désespéré et sans soutien, il avait recouru à une arme redoutable, à savoir la grève de la faim. Mais auparavant, il avait saisi M. Philip J. Jennings, Secrétaire général de « UNI GLOBAL UNION » basée à Nyon ,en Suisse, pour se plaindre. Alertées, les différentes organisations de défense des droits de l’homme réagirent avec véhémence, dont notamment la Voix des Sans Voix qui, par son communiqué de presse N° 013/RDC/VSV/CE/2015, demanda au gouvernement congolais « de diligenter une enquête sur ce qui s’est passé, de procéder à la régularisation sans délai des arriérés de salaire du professeur Kibiswa ainsi que d’autres professeurs concernés par la même revendication et d’indemniser la victime pour les préjudices subis ».

Controverse au ministère de l’Enseignement supérieur

En effet, non seulement le nom de Kibiswa ne figurait sur la liste de paie, mais il y a été fait mention des noms d’éléments fictifs et décédés. Mais là où le bât blesse davantage, c’est au niveau de la réaction du ministre de tutelle à la lettre lui adressée par le secrétaire général de « UNI GLOBAL UNION » concernant le cas malheureux du professeur Kibiswa.

Avant de quitter le pays, il avait demandé et obtenu du ministre de tutelle de l’époque, à savoir le professeur Mashako Mamba, un ordre de mission en bonne et due forme. De même, contrairement à la position du ministre actuel de tutelle, il n’existe pas dans l’enseignement supérieur et universitaire en RDC de titre d’aspirant professeur et que celui de professeur associé est attribué à toute personne qui présente le diplôme de docteur avec thèse.

Par ailleurs, du fait que Kibiswa Naupess a œuvré depuis l’an 2000 en qualité d’assistant de premier et ensuite de deuxième mandat sous le n° Matricule 7.899.426.C, dès son retour des Etats-Unis, il a été réintégré et non recruté, selon la lettre signée le 1 octobre 2014 par le professeur Victorine Mbadu Zebe, ci-devant secrétaire général académique. Ensuite, par sa lettre N° 301/ISTM/DG/BL/SP/KM/2014, le professeur Norbert Basosila Lofolo, directeur général de l’ISTM/Kinshasa avait informé la Secrétaire générale au Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire de procéder au paiement des primes institutionnelles au grade de professeur associé au profit de Kibiswa Naupess qui venait de soutenir une thèse de doctorat le 30 juin de la même année à Nova Southeastern University en Floride aux Etats-Unis.

            On espère ainsi qu’au regard de ces précisions énumérées dans la lettre de l’infortuné, tout malentendu sera dissipé et il pourra récupérer ses droits légitimes et poursuivre  normalement sa carrière d’enseignant à l’ISTM pour le bien de la nation congolaise.

F.M.