Le Prof. Félix Mvuemba : Ambassadeur universel de la paix

0
74

Le Professeur- Docteur Félix Mvuemba Ntanda vient d’être admis au rang  d’ambassadeur universel de la paix en Afrique. La cérémonie officielle de son élévation a eu lieu vendredi 10 décembre 2010, à l’Atmosphère du Grand Hôtel Kinshasa. A cette occasion, il a reçu sa médaille en Or, le diplôme d’honneur, ainsi que plusieurs insignes internationaux.

            Justifiant le choix du Professeur-Docteur Félix Mvuemba Ntanda dans ce Corps des Ambassadeurs universels de la paix en Afrique, son secrétaire général,  Son Excellence Gaston Ntumba Bakatupula a, dans son mot d’introduction, indiqué que cette distinction honorifique fait suite à ses multiples actions et interventions dans l’éducation, ainsi que ses multiples concours et contributions en faveur de la paix.

            Profitant de l’occasion, Son Excellence Gaston Ntumba, a rappelé la mission de son organisation internationale dont notamment : la promotion, le renforcement, la consolidation et le rétablissement de la paix pour le bien de l’humanité, surtout en ce moment difficile et incompréhensible que traverse notre planète terre, où des foyers de tension se manifestent partout suite à l’égoïsme, la cupidité, le complexe et la soit-disant puissance de l’homme.  

                      La paix, a-t-il souligné, c’est l’amour du prochain, c’est le développement universel, le monde de partage où chacun apporte sa pierre pour bâtir le bonheur des autres.

            Pour sa part, le lauréat du jour, à savoir le Professeur-Docteur Félix Mvuemba Ntanda, a commencé son adresse de circonstance par remercier le Chef de l’Etat pour le maintien de la paix, avant de s’atteler à redéfinir et recentrer le concept de «  paix ». La notion de paix, a-t-il relevé, est complexe. « En effet, s’il existe des signes clairs pouvant nous permettre de cerner la guerre ou un état belliqueux, ce n’est malheureusement pas le cas pour la paix. «Souvenons-nous de la partie zaïroise de notre histoire commune. Si on fait exception des années 1978 et 1979, on pourrait dire sans se tromper qu’il n’a quasi jamais existé de situation de guerre au cours de cette période. Mais vivions-nous en paix ? Peut-on m’expliquer comment dans un pays pacifié, on n’ait pas pu par exemple organiser des élections législatives dans l’ancienne province du Kivu en 1987 ?…  Peut-on affirmer qu’avant la libération de Mandela, l’Afrique du Sud vivait en paix ? Pourtant, on n’y a connu aucune guerre depuis Chaka Zulu et la guerre de Transvaal ! Les armes se sont tues en Corée depuis 1953 Est-ce qu’on connaît la paix au Nord de la ligne de démarcation ? », s’est-il interrogé, avant de conclure que l’état de « non guerre » ne signifie nullement la paix. Mais qu’est-ce que la paix ?

            Au-delà de la guerre, la paix implique la liberté, la vérité et la sincérité, la justice et l’amour. La paix implique également l’humilité, la sécurité et la sécurité intérieure. La paix ne peut en aucune manière se confondre avec le feu de paille ; elle bannit la peur et le mensonge. « Cette paix durable, fruit de l’amour, fruit de la justice, fruit de la vérité, fruit de la liberté, a-t-il dit en substance, n’est pas gratuite. Elle ne nous sera jamais donnée. Elle est l’aboutissement d’un combat permanent, d’un combat perpétuel. Cette paix de cœur que nous recherchons fera, que chaque Congolaise et chaque Congolais vive en harmonie d’abord avec lui-même et avec les autres ».

            Pour Son Excellence Félix Mvuemba, les Congolais doivent se séparer du glaive de la division : « faire le bien autour de nous, payer les salaires de nos employés, être tolérant, écouter attentivement le discours de l’autre, respecter les biens publics, accepter qu’on peut avoir tort et être humble.Voilà une voie royale pour la paix pour tous. Et nous pouvons accéder à cette paix par et dans notre travail, et par notre esprit de justice. Car, la paix a pour socle la démocratie et la démocratie est le socle de la paix. Faisons donc rimer paix avec justice et avec travail ». 

Michel  LUKA

 

LEAVE A REPLY

*