Le PPRD et l’Equateur dissipent les malentendus

0
31

    Evariste Boshab, Secrétaire général du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, Pprd, a clôturé hier jeudi 24 février son marathon politique dans la province de l’Equateur par l’étape de la ville de  Gbadolite, dans le district du Nord-Ubangui. Ce périple avait pour but principal de renforcer la capacité de sa base en matière électorale à travers plusieurs colloques que ce dernier a animés partout où il est passé.

 

    Toujours avec la même énergie et la même conviction d’apporter la bonne nouvelle à sa base et dans le souci de toucher du concret,  cette tournée de trois jours a conduit tour à tour Evariste Boshab et sa délégation à Mbandaka, Boende (district de la Tshuapa, Bumba et  Lisala (District de la Mongala) et à Gbadolite (District du Nord-Ubangui). A cette dernière  étape faute de temps, après l’escale de Lisala, avant dernière étape, devant les nombreux militants de son parti rassemblés à l’aéroport de Gbadolite pour l’accueillir, Evariste Boshab a promis de revenir à la première occasion. Néanmoins, il en a profité pour encourager les militants du Pprd à s’enrôler massivement afin de donner à son parti et son chef, Joseph Kabila,  une majorité confortable aux prochaines échéances électorales de cette année pour qu’il achève ce qu’il a entamé. Mais également en sa casquette de président de l’Assemblée nationale, Evariste Boshab a dit avoir profité de ses vacances parlementaires,  pour non seulement tâter du doigt, voir les réalités, mais aussi entendre les vraies aspirations du peuple pour les   confronter aux nombreux rapports que ses collègues députés déposent au bureau de l’Assemblée nationale au retour de leurs vacances.

A l’étape de Lisala hier jeudi, devant le bâtiment administratif du district et devant les notabilités dont le Questeur Adjoint de la chambre basse Bopolo et le député Agbumana, l’occasion faisant le larron, devant la foule venue l’accueillir dont, le président de l’Assemblée, en véritable enseignant,  a expliqué le pourquoi de la révision constitutionnelle devant un auditoire studieux. Cette question continue à faire couler beaucoup de salive sur son bien fondé. Pour ce faire, il a reconnu que la constitution elle-même donnant les mécanismes de sa révision, cette question n’était pas tabou et meme pas limitée par les échéances électorales. Pour Boshab, la révision de la loi mère a été régulière et avait pour souci de résoudre le problème sur deux axes. D’abord, résoudre de nombreux problèmes concrets et insuffisances  rencontrés au cours de cette législature. Quant au deuxième aspect lié au mode de scrutin, Boshab a indiqué que cela relevait de la responsabilité politique de la majorité au pouvoir, notamment à cause du coût de ses opérations. Pour soutenir son argumentaire, Evariste Boshab s’est appuyé sur la de comparaison de ses mêmes opérations électorales avec d’autres pays, dont   l’Afrique du Sud, pays avec une économie forte où les élections ne coutent pas plus de vingt millions de dollars. Alors, a-t-il interpellé le peuple, à quoi bon dépenser beaucoup d’argent. Il vaut mieux consacrer cet argent aux projets de développement.

    Par ailleurs,  en tant que Secrétaire général du Pprd, Evariste Boshab a donné un grand coup de pied dans la fourmilière du comité exécutif fédéral du district de la Mongala englué dans une querelle de personnes. Cela,   afin de remettre de l’ordre dans la boutique. Ce comité est  accusé de dictature, malversation, immaturité politique, par la base, qui ne lui obéissait plus. Ce qui empêche a estimé Boshab, la bonne marche du parti dans ce district de la Mongala qui comprend trois grand territoire, où Bongandanga est le deuxième plus vaste territoire après Bafwasende dans la Province Orientale. 

A cet effet, il a suspendu toutes affaires cessantes de manière conservatoire ce comité exécutif. Et cette sanction disciplinaire prise par le Secrétaire Général du Pprd court jusqu’au 6 mars, en attendant la mise en place d’un nouveau comité par les instances du parti.

Entretemps, cette décision ne frappe par les comités des territoires de la Mongala, Bongandanga et de Bumba, autorisés à  fonctionner normalement.

Il faut par ailleurs noter qu’à l’étape de Bumba, lors d’un colloque qui s’est terminé tard dans la soirée de mercredi 23 février, Jeannine Mabunda, ministre du Portefeuille et membre du Pprd, native de cette contrée,  en présence de Boshab a doté la base des armes pour faire face aux nombreuses critiques que les adversaire politique portent sur le bilan de la majorité au pouvoir. Elle a loué entre autres les cinq chantiers qui sont aujourd’hui une réalité dans toutes leurs facettes.

A.Vungbo (Envoyé spécial)       

 

LEAVE A REPLY

*