Le point d’achèvement doit être vu comme le début d’un engagement aux réformes

0
39

Le Chargé d’Affaires a.i de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique Samuel V.Brock a célébré en toute beauté le 235ème anniversaire de l’indépendance de son pays en RD Congo. Commémoration intervenant le dimanche 4 juillet de chaque année, la fête proprement dite a été ramenée au vendredi 2 juillet dans la résidence diplomatique située sur n°2 de l’avenue Nzongotolo. Après les hymnes nationaux respectifs de la RD C et des E.U, le diplomate américain a félicité « les Marines de l’escadrille de sécurité attachée à l’ambassade, composée du Sergent Ricardo Sánchez Ortegón , des Caporaux Hector Terrero et Jack Giordano, et commandée par le Sergent-chef Robert Black, pour la belle cérémonie de salut au drapeau.  Le « U.S. Marine Corps », a-t-il souligné, est une de nos plus grandes institutions nationales, et nous nous estimons très heureux d’avoir un détachement de Marines à Kinshasa.  Je remercie aussi le personnel de l’ambassade qui a rendu cette soirée possible par leur excellent travail ; je nomme en particulier Jan von Schlech, Helga Muller, Albertine Diangana et Zhoé Mukuna. »

 De même, la fête américaine intervenant deux jours après le 50ème anniversaire de l’indépendance de la RDC, l’Ambassadeur a.i des E.U  a saisi l’occasion lui offerte de féliciter le peuple congolais et d’applaudir le Président Kabila et son gouvernement pour le programme bien planifié et bien exécuté, des festivités de cette semaine. 

 

Obama à Kabila

 Le contenu d’une lettre signée Barack Obama pour Joseph Kabila dans le cadre du cinquantenaire a été dévoilé à l’assistance. c’est une «occasion d’honorer les progrès et les sacrifices faits par le peuple congolais,» et il a rassuré le Président Kabila que les Etats-Unis veulent rester un partenaire de la RDC dans sa poursuite d’un avenir libre et prospère.  
Rappelant les péripéties d’un partenariat avec l’Afrique, le Président Obama a réaffirmé la volonté des Etats-Unis de demeurer un partenaire du peuple congolais.  « Pendant l’année fiscale 2009, le gouvernement des Etats-Unis a fourni près d’un milliard de dollars en aide étrangère à la RDC, y compris près de 400 millions de dollars en aide bilatérale, 330 millions de dollars par notre contribution à la MONUC, aujourd’hui MONUSCO, et plus de 300 millions de dollars en soutien indirect aux programmes multilatéraux effectués par  la Banque Mondiale, le Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme, et plusieurs agences onusiennes».
 Par ailleurs, lors de la visite, en août 2009, de la Secrétaire d’Etat Hilary Clinton à Kinshasa et Goma, les entretiens avec le Président Kabila et le Premier Ministre Muzito ont tourné autour : «  des domaines de coopération classiques et innovants ont été soigneusement évalués, y compris cinq domaines prioritaires: la gouvernance économique, pour garantir que tous les citoyens bénéficient des vastes richesses minérales du Congo, pour améliorer le climat d’affaires et la gestion des finances publiques; la lutte contre la corruption; la réforme du secteur sécuritaire; la sécurité alimentaire; et les efforts contre les violences sexuelles. 
 Dans cet élan, explique Samuel V.Broc, cinq équipes d’experts américains se sont déplacées en RDC pour effectuer des études sur le renforcement des efforts communs dans ces domaines.  Leurs recommandations ont été transmises au gouvernement et nous envisageons qu’elles se traduiront en de nouveaux axes de coopération…

Des Droits de l’homme

 Le meurtre de l’activiste des droits de l’homme, Floribert CHEBEYA et de son chauffeur, Fidèle Banzana ont soulévé des inquiètudes des E.U en ce sens : « Nous félicitons le Président Kabila et son gouvernement pour les actions qui ont été prises pour résoudre ce meurtre et, en particulier, pour la décision d’accepter l’offre du gouvernement néerlandais de fournir une autopsie du corps de Mr. Chebeya.  Je profite de cette occasion pour réitérer l’offre de mon gouvernement d’appuyer l’enquête criminelle.  Je souligne que cette offre est un geste amical et que nous n’avons aucun désir de nous emparer de l’enquête mais plutôt d’aider ou d’observer les autorités congolaises dans leurs efforts, en fournissant des services techniques et des conseils là où ils seraient utiles.  Et nous demandons au Gouvernement, encore une fois, en tant qu’amis, d’assurer la sécurité de Mmes. Chebeya et Banzana et de leurs enfants, qui ont été traumatisés par cette horrible épreuve.  Notre Sous-secrétaire d’Etat pour les affaires publiques, Mme. Judith McHale, a rencontré Mme. Chebeya, ici même, mardi dernier pour lui assurer que nous n’oublierons pas Floribert et son œuvre, et que nous demeurons engagés du côté de la protection des droits de l’homme en République démocratique du Congo.

De l’économie

 Les E.U d’Amérique ont également abordé le chapitre « Gouvernance économique et la lutte contre la corruption». Tout en félicitant le Président Kabila et son gouvernement d’avoir atteint les objectifs du point d’achèvement du programme PPTE, ils notent cependant : « Mais ce point d’achèvement doit être vu comme le commencement d’un véritable engagement aux réformes créant un climat attractif et un soutien à l’investissement, assurant la gestion transparente des ressources, et créant des possibilités de croissance économique pour la population.  Et je répète, comme le Président Obama l’a dit, que « Les Etats-Unis sont prêts à travailler avec le peuple congolais dans son effort continu vers ces importantes réformes. »

Au peuple congolais

 En guise de conclusion, l’Ambassadeur a.i. a lu le message de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton au peuple de la République démocratique du Congo à l’occasion du Cinquantenaire: « Le peuple congolais a fait preuve d’une force et d’une souplesse d’esprit remarquables, face à une multitude d’épreuves. Ainsi que je l’ai déclaré lors de ma visite l’an dernier, les États-Unis souhaitent inaugurer une nouvelle ère de partenariat avec la RDC et avec le peuple congolais. Nous sommes prêts à coopérer avec vous en vue d’encourager le développement durable, d’endiguer la corruption, d’améliorer la gouvernance, de former une armée plus professionnelle et d’éliminer le fléau terrible de la violence sexospécifique. Cependant, l’avenir de votre pays reste entre vos mains. Nous vous encourageons à consolider les fondements de la démocratie que vous avez déjà posés et à continuer d’œuvrer en vue d’apporter la paix et la stabilité à votre pays et à l’ensemble de la région. En cet anniversaire, je réaffirme notre confiance dans la promesse du peuple congolais et dans les perspectives d’un avenir meilleur. »

Eddy Kabeya

LEAVE A REPLY

*