Le  PNLS et la Faculté de médecine de l’Unikin organisent  des  journées scientifiques

0
176
Enfants victimes du VIH/Sida
Enfants victimes du VIH/Sida
Enfants victimes du VIH/Sida

Le  Programme national de lutte contre le VIH-Sida et les IST (PNLS), en collaboration avec  la Faculté de médecine de l’Université de Kinshasa(UNIKIN), organisée depuis hier mardi 8 décembre 2015, des journées scientifiques, dans le cadre des activités de la 27ème édition de la Journée mondiale  du sida.

Les réflexions de ces deux journées scientifiques qui vont s’achever aujourd’hui, mercredi 9 décembre 2015, tournent autour de la thématique : « L’infection à VIH et les hépatites ».  La salle de réunions Dr NGALY du PNLS situé sur l’avenue des Huileries à la Gombe, a servi de décor pour le partage d’expériences.

Il faut noter que cette activité a connu, à l’occasion de sa première journée, la présence des professeurs d’universités, médecins, membres du comité scientifique de PNLS, laborantins, etc.

Etaient également présents à l’ouverture de ces deux journées scientifiques, le médecin-directeur du PNLS,  Dr Franck Fwuamba, ainsi que son adjoint  Dr Théodore  Assani, le professeur Lepira, président du comité scientifique, Dr Casimir Manzengo Mingiedi, point focal chargé de VIH-Sida à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) RDC, ainsi que des représentants d’autres structures du ministère de la Santé, telles que l’INRB ( Institut national de recherche biomédicale), le CNTS (Centre national de transfusion sanguine),…

Signalons que plusieurs partenaires des agences du système des Nations Unies impliqués contre le Sida, ont été associés à ces deux journées scientifiques à savoir : l’UNFPA, l’OMS, l’ONU  SIDA, le Fonds Mondial, le PNMLS.

Dr  Franck Fwuamba, médecin-directeur du PNLS et aussi corganisateur de ces deux journées scientifiques, a d’abord loué la collaboration existant entre les différentes parties prenantes.

            Il a signalé que cette rencontre était inscrite au programme en vue de partager les nouvelles connaissances  par rapport à cette épidémie et des informations  générées au niveau du pays.

A l’en croire, le médecin-directeur du PNLS lors de la première journée, que «vaincre le SIDA d’ici 2030 » conformément aux objectifs fixés, reste un défi énorme. Toutefois, cela pourrait être possible que si nous arrivions à faire en sorte que 90 % de la population puisse connaitre son statut sérologique, et franchissions le cap de dépistage de 90 % de personnes vivant avec le VIH-Sida, et enfin, placions 90 % de personnes sous traitement ARV.

            Saluant pour sa part, cette interface entre la société et l’université, Dr Franck Fwuamba a promis de s’engager à formaliser ces journées scientifiques et aussi les instrumentaliser, afin que les résolutions issues de celles-ci puissent faire partie des recommandations au niveau du forum international.

            En sa qualité de président du comité scientifique, le professeur Lepira a expliqué le choix de cette thématique faite en prélude à la grande conférence qui va être organisée dans les tout prochains jours en Belgique.

Au nom du doyen de la faculté de médecine, il  a réitéré  son vœu de voir exister une collaboration plus étroite pour la préparation de prochaines journées scientifiques.

Il  a conclu en réaffirmant la disponibilité de la faculté de médecine d’accompagner le PNLS dans ses lourdes responsabilités  et tâches  pour piloter la lutte contre le VIH-Sida.

            Signalons que des exposés ont été présentés autour des thèmes suivants : «  Situation du VIH en RDC », « Prévalence de la co-infection VIH-HBC  chez les donneurs au CNTS », «  Prévalence de la co-infection VIH-Hépatites au CNTS », «  Mortalité hospitalière dans les services de médecine-interne », « Mutations du VIH conférant une résistance aux ARV auprès des mères séropositives à Kinshasa », etc.

                                                                                                                           Melba  MUZOLA