Le PCA de la Gécamines plaide non coupable devant Kengo et Minaku

0
39

 

En réaction au communiqué gouvernemental du 26 décembre 2012 fustigeant la mauvaise gestion qui caractériserait certains contrats signés par la Générales des Carrières et des Mines (Gécamines), le président du Conseil d’Administration de cette dernière a conféré, le lundi 31 décembre 2012, avec les présidents de deux chambres du Parlement. Au centre des entretiens entre Albert Yuma et Léon Kengo wa Dondo d’une part, et Aubin Minaku Ndjalandjoko d’autre part : toute la lumière sur la situation qui prévaut à la Gécamines, notamment sa gestion.

Il importe de signaler que le PCA Albert Yuma n’était pas le seul représentant de l’entreprise auprès des présidents des chambres parlementaires. Il était accompagné pour la circonstance de l’Administrateur Délégué Général de la Gécamines, Kalej Nkand, et du président de l’intersyndicale, Linza.

A l’issue de la double audience lui accordée, le PCA de la Gécamines a déclaré à la presse que les allégations de mauvaise gestion portées à l’endroit de son entreprise relèvent d’une campagne de dénigrement, ou mieux d’intoxication orchestrée par ceux qui ne voudraient pas voir la Générale des Carrières et des Mines reprendre sa place d’antan.

Toutefois, il a reconnu que les partisans de cette campagne se seraient servis d’un communiqué de la FEC (Fédération des entreprises du Congo), organisation patronale dont il est président, pour se livrer à la désinformation.

En effet, dans ledit communiqué le patronat congolais dénonçait des tracasseries dont les opérateurs économiques sont l’objet. En outre, le même communiqué fustigeait la détérioration du climat des affaires en République Démocratique du Congo.

La production en nette augmentation

A l’occasion, les hauts représentants de la Gécamines en ont profité pour dresser le bilan encore provisoire de leur gestion à la tête de ce géant étatique dans le secteur minier.

L’Administrateur délégué général Kalej a renseigné que, pour la première fois après plus de deux décennies de léthargie, la Gécamines vient de dépasser le cap de 20 milles tonnes de cuivre.

Cette production en augmentation place ainsi l’entreprise en première position dans le secteur minier, et devient par le fait premier contributeur au budget de l’Etat dans le secteur minier pour l’exercice 2012 qui vient de s’écouler.

Au plan de la fiscalité, on signale que l’Etat perçoit désormais l’impôt sur le revenu de plus de 11.000 travailleurs. Tout comme la confiance a été rétablie auprès des milieux bancaires au plan local.

En termes de chiffres, il a indiqué que la Gécamines a réalisé 35,6 millions de dollars américains en 2011, et 207 millions de dollars en 2012. Soit un cumul de 242,6 millions de dollars. Performance qu’aucune entreprise de l’Etat transformée n’a atteinte, soutient l’ADG Kalej Nkand.

Cette déclaration a été confirmée par le président de l’intersyndicale, Linza, qui soutient que la dignité du travailleur de la Gécamines a été recouvrée par le paiement régulier des salaires, tout comme des arriérés qui dataient de plusieurs années.

Par ailleurs, l’Administrateur Kalej a fait savoir qu’au moment de la prise de fonctions par son comité de gestion en décembre 2010, la Gécamines était marquée par une très faible production. Et c’est grâce au plan stratégique de développement 2012-2016  mis en place par son équipe, qu’on est parvenu à augmenter la production.  

Dominique Mukenza  

 

LEAVE A REPLY

*