Le Parc Agro-industriel de Bukangalonzo lancé hier par Kabila : RDC, l’agriculture redevient une priorité

0
151

parc-Bukanga-LonzoUn grand signal de la volonté de la République Démocratique du Congo de revenir sur le chemin de l’autosuffisance alimentaire a été donné hier par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, avec le lancement des travaux du Parc Agro-industriel de Bukangalonzo, dans le territoire de Kenge, province de Bandundu. Les Congolais ont en effet appris que le gouvernement a mobilisé 80 millions de dollars américains en vue de l’exploitation de cet espace de 80.000 hectares, appelé à marquer un tournant décisif dans les annales de la modernisation de l’agriculture dans notre pays. La promesse de création de plus d’un million d’emplois ne peut que réjouir davantage nos compatriotes, désireux de se rendre utiles à la patrie mais pris dans l’engrenage du chômage.

L’initiative suscite beaucoup d’espoirs de rupture avec le passé, dans un pays terriblement dépendant des importations alimentaires, lesquelles grèvent sérieusement le budget national. Cette situation est d’autant anormale que le Congo démocratique dispose des terres arables – plus de 80 millions d’hectares – à même de nourrir l’ensemble de l’Afrique. Les déficits alimentaires chroniques dont souffre le grand Congo sont essentiellement dus au manque de volonté politique dans la gestion du secteur agricole. Bien que proclamée de longue date « priorité des priorités », l’agriculture n’a jamais bénéficié de l’attention que requiert sa participation décisive dans le développement national.

La preuve de son abandon ou, plutôt du peu d’intérêt qui lui est accordé par les pouvoirs publics, est fournie par l’état désastreux des routes de desserte agricole, des cours d’eau navigables, des chemins de fer et des pistes d’aviation. L’enclavement de la quasi-totalité des territoires, secteurs et villages de la République constitue un sérieux motif de découragement pour les agriculteurs, les pêcheurs, les éleveurs et les horticulteurs, incapables d’évacuer leurs produits vers les centres de consommation.

Il est à espérer qu’en lançant le Projet Agro-industriel de Bukangalonzo, le Chef de l’Etat a résolument engagé le Congo dans la voie de « l’indépendance du ventre », selon une vieille expression souvent entendue durant la deuxième République, mais qui a fini par perdre tout son sens au regard des fonds engloutis mensuellement dans les importations, en vue de la satisfaction des besoins alimentaires du pays. Le pari que vient de prendre le premier d’entre les Congolais exige un suivi permanent du Parc Agro-industriel de Bukangalonzo, afin de lui éviter le triste sort du « Domaine Agro-Industriel de N’Sele », transformé aujourd’hui en « éléphant blanc » , alors qu’il produisait déjà des milliers de poulets sur pieds, des millions d’œufs frais, de la purée de tomate, une panoplie de jus, etc.

« Consommer zaïrois », slogan creux hier, pourrait se transformer en réalité vivante, si les Congolais arrivent à consommer ce qu’ils produisent eux-mêmes sur la terre de leurs ancêtres. La production agricole locale aura certainement le don d’éloigner de l’univers national, des maladies bizarres, qui réduisent l’échéance de vie de plus d’un, et qui nous arrivent à travers des surgelés de qualité douteuse, dont personne ne maîtrise les mécanismes de conservation et les périodes de péremption.                                   Kimp

LEAVE A REPLY

*