Le MSR/MP lance la «guerre» de récupération de son patrimoine

0
152

mSREn séminaire de formation de ses cadres dans la salle de fêtes Monalyse à Kintambo, les cadres du Mouvement Social pour le Renouveau (MSR) resté fidèle à la Majorité Présidentielle (MP), ont pris, hier mardi 4 janvier 2015, des résolutions qui pourront déterminer l’avenir de leur formation politique. Du haut de la tribune, Raphaël Luhulu, Me Yoko Yakembe, Jean Chrysostome Vahamwiti, le prof. Khone, les députés Kikoka, Rubota, Madeleine Musaga, ont d’entrée de jeu réaffirmé leur appartenance à la MP. « Le MSR n’est pas et ne sera jamais un parti politique ni de l’opposition parlementaire, moins encore de l’opposition extraparlementaire», ont-ils unanimement déclaré.

Tout en renouvelant leur engagement de respecter le contrat moral d’accompagner le Chef de l’État dans sa politique de la Révolution de la modernité, ces cadres ont exprimé leur volonté de poursuivre la récupération de l’ensemble du patrimoine MSR en quelque main qu’il se trouve. D’où leur demande au président de la République, ainsi qu’aux responsables de la MP de traiter leur parti en sa qualité de sociétaire de la famille politique du Chef de l’État. En clair, ils réclament  que leur soit accordé, à ce titre, le quota institutionnel abandonné par les anciens dirigeants du MSR tant au gouvernement, au parlement qu’au sein de différents services publics de l’État.

Au chapitre juridique, les cadres du MSR/MP ont demandé au ministre de l’Intérieur et Sécurité de prendre au nom et pour le compte de leur branche un Arrêté ministériel lui accordant la personnalité juridique autant que tous les autres partis politiques. «Nous demandons aux ministres de l’Intérieur et de la Justice, ainsi qu’à tous les services de sécurité de prêter main-forte à l’équipe qui sera mise en place afin de rentrer en possession de tout le patrimoine matériel et politique du parti », a indiqué la députée Musaga P. Madeleine. Pour sa part, le coordonnateur Raphaël Luhulu a informé les cadres du parti qu’un nouveau siège du MSR sera bientôt opérationnel au croisement de l’avenue de la Libération (ex 24 novembre) et de la rue Mandarinier à Gombe, juste en face de l’Inspection provinciale Kinshasa de la Police nationale congolaise.

            D’ores et déjà, les cadres du MSR/MP ont tenu à mettre en garde toute personne qui serait tentée d’utiliser, dans un cadre incompatible avec les statuts du parti, le nom, les insignes, les emblèmes, la devise ainsi que tout signe distinctif servant à identifier le MSR. Ainsi, ils ont expressément demandé au groupe des partis politiques sortis de la MP de considérer désormais qu’ils sont à 6 et non à 7. « Par conséquent, ils doivent réviser les Statuts du G7. Nous réitérons notre appel à tous les membres du MSR qui, malgré leur bonne foi, ont été désorientés et égarés par une certaine volonté d’altérer la vérité authentique et historique sur l’appartenance du parti, de regagner celui-ci, dont les membres leur réservent et leur réserveront toujours un accueil et une hospitalité dignes de leur rang», ont-ils affirmé.

            Enfin, les responsables du MSR/MP ont exhorté la population congolaise à rester unie et à ne pas répondre aux appels de descente dans la rue et de pillage qui ont détruit en 1991 et 1993 le tissu économique du pays.

Tshieke Bukasa