Le Mlc se fâche…

0
33

En rapport avec la situation politique et sécuritaire qui prévaut actuellement dans la province de l’Equateur, le Bureau Politique du MLC s’est réuni ce samedi 10 avril 2010 sous la présidence de son Secrétaire Général François MUAMBA TSHISHIMBI.
 A la faveur de ses échanges, le Bureau Politique rend publique la déclaration suivante :

1. Contrairement aux  insinuations du porte-parole du gouvernement, le MLC réaffirme son engagement dans le processus politique  de conquête et d’exercice du pouvoir par voie démocratique. En conséquence, le MLC précise qu’il n’est ni de près ni de loin mêlé aux évènements  de l’Equateur et dénonce avec véhémence toute tentative  insidieuse et malhonnête visant  à l’impliquer au développement de ce conflit armé et de l’instabilité des institutions provinciales ;

 

2. En tout état de cause, le MLC déplore l’incurie du gouvernement dans la gestion d’un conflit localisé entre deux villages de pêcheurs qui s’est mué, à cause du laxisme patent et de l’irresponsabilité du gouvernement central, en une confrontation armée au chef lieu de la province ;

3. Le MLC rappelle qu’à plus d’une fois des élus nationaux ont mis en exergue l’absence, l’inadéquation, l’indifférence coupable  de l’action de l’Etat face aux frustrations nées de l’exclusion, du harcèlement et  de l’état de non droit dont les conséquences étaient prévisibles. Le MLC note une fois encore que le gouvernement s’est montré incapable d’anticiper en se complaisant dans l’immobilisme ;

4. De même le MLC constate que le gouvernement provincial de l’Equateur, mis en place dans des conditions controversées et en déficit évident de légitimité s’est illustré par une incurie notoire et une arrogance de mauvaise aloi en annonçant que ce conflit était totalement éradiqué et que les insurgés étaient neutralisés corroborant ainsi les propos du porte-parole du gouvernement ;

5. Le MLC proteste contre la caution apportée par le pouvoir central dans les actions de déstabilisation de la province qui amplifient l’insécurité en encourageant les actes de banditisme politique tels que :

– la destruction des bureaux de l’assemblée provinciale et l’installation d’un prétendu nouveau bureau en violation des lois de la République
–  la reconnaissance des auteurs de ce forfait. A cet égard, l’image où l’on a vu les plus hautes autorités du pays s’asseoir et  traiter avec des casseurs a retiré les dernières illusions à tous ceux qui, de bonne foi, avaient cru au slogan gouvernemental de la tolérance zéro ;
6. Le MLC observe qu’au lieu de trouver des réponses adéquates aux questions fondamentales que suggère la gestion de l’Etat en général et de la province de l’Equateur en particulier, le pouvoir en place se lance dans une fuite en avant en cherchant des boucs émissaires dans l’opposition et au sein de la communauté internationale ;

7. Le MLC saisit cette opportunité pour exiger la libération immédiate et sans condition de Monsieur Oscar MOLAMBO, député provincial et membre du MLC, irrégulièrement arrêté et détenu sans procès. De même, le MLC tient à  rendre hommage à la Monuc pour l’action menée en faveur de notre population et  présente ses condoléances pour le casque bleu tombé au front  aux côtés de nos compatriotes civils et militaires. Le Bureau politique du MLC réitère les mêmes condoléances à l’endroit des familles éprouvées ;
 
8. Le MLC soutient la décision prise par la plénière de l’Assemblée nationale en vue d’obtenir du 1er Ministre, chef du gouvernement, des éclaircissements sur tous les aspects du conflit armé qui secoue la province de l’Equateur. Dans la même optique, le MLC appuie la démarche de question orale,  adressée aux ministres de la Défense et de l’Intérieur, initiée au Sénat en vue de faire la lumière sur cette même question.

François MUAMBA TSHISHIMBI
Secrétaire Général

LEAVE A REPLY

*