Le Mlc ouvert à toute piste susceptible de préserver l’intégrité et l’unité nationales

0
40

 

C’est au cours de la cérémonie de présentation de vœux du nouvel an, le dimanche 6 janvier dernier au complexe GB, que la direction du Mouvement de Libération du Congo (MLC) a exprimé sa position en rapport avec la crise qui secoue le pays. Après avoir passé en revue la situation du pays qui reste dominée par la guerre dans sa partie orientale, le Secrétaire général du parti Thomas Luhaka a déclaré : «Le Mouvement de Libération du Congo, notre parti politique, demeure ouvert à toute piste de solution pouvant amener à sauvegarder l’intégrité et l’unité nationales du pays ».

 Toutefois, a-t-il tenu à signifier, la participation du Mlc aux concertations est conditionnée par la publication de l’agenda ou l’ordre du jour de ces dernières. En effet, il s’agit là de la réponse du parti cher à Jean pierre Bemba à l’appel du chef de l’Etat à la cohésion et à l’unité nationale, lancé à travers son discours de fin d’année à la nation.

            Concernant la situation du pays, Thomas Luhaka a souligné que l’année 2012 aura été l’une des pires de cette dernière décennie. Sur le plan politique, il a fustigé la catastrophe née des élections présidentielle et législatives nationales organisées par la CENI, dont les résultats ont été dénoncés par tout le monde, nationaux comme étrangers.

            Cela a eu pour conséquence d’éroder la légitimité des animateurs des institutions de la république. «Le consensus politique issu des accords de Sun city et renforcé par les élections de 2006, a été rompu en 2011, entraînant ipso facto un faible soutien, frisant parfois l’indifférence de la population aux institutions ».

            La guerre de l’Est a provoqué un drame humanitaire inqualifiable. Tel est le constat fait sur le plan sécuritaire. Sur le plan social, le Mlc dénonce l’incapacité du gouvernement qu’il qualifie de «technocrates surdoués» de stopper la descente aux enfers des Congolais.

            «Malgré les incantations des membres du gouvernement et des cadres de la majorité, les indicateurs macro-économiques ne se transforment pas en nourriture, soins de santé, emplois, transports, etc.»

            Par ailleurs, le Mlc note que la mauvaise gouvernance du pays a engendré plusieurs problématiques, à savoir : la fragilisation de la démocratie et de l’Etat de droit, l’échec du programme de réforme des secteurs de la défense et de la sécurité, le dévoiement du processus électoral, la gangrène de l’insécurité généralisée et particulièrement à l’Est, les relations conflictuelles et tendues avec les pays voisins, l’absence de justice et de respect des droits de l’homme, la détérioration des conditions sociales des Congolais.

            Avant d’en arriver au diagnostic, le Secrétaire général a commencé par l’évaluation du procès de son président national détenu il y a maintenant plus de 4 ans à la CPI.

            Qualifiant cette détention de complot ourdi par les ennemis de la démocratie, Thomas Luhaka a exprimé son optimisme de voir Bemba libéré de « cette cabale politico-judiciaire » cette année.

Dom 

LEAVE A REPLY

*