Le ministre Martin Kabuelulu botte la balle dans le camp de Kimbuta

0
83

Deux ministres ont été entendus, ce mercredi 6 octobre, à l’Assemblée nationale au cours de la plénière consacrée au contrôle parlementaire.

Il s’agit d’abord de Martin Kabuelulu des Mines qui devait répondre à la question orale avec débat de Micheline Biye, sur l’exploitation de la carrière de terre jaune du site de l’université de Kinshasa. Selon l’auteur de la question, ledit site est en proie aux érosions !

Le  ministre des Hydrocarbures, Célestin Mbuyu Kabango devait, à son tour, apporter l’éclairage sur l’érection des stations-service et le stockage des produits pétroliers qui ne respectent pas les normes environnementales. C’était à la faveur de la question orale avec débat du député Masumbuko. 

            Présentant sa question, Micheline Biye a demandé au ministre des Mines des explications ou mieux les raisons de l’octroi de l’autorisation d’exploitation de la carrière de terre jaune par une entreprise de construction chinoise. Pendant que le site de l’Unikin est menacé par plusieurs têtes d’érosions !

            Pour sa part, l’honorable Masumbuko a motivé sa démarche par quelques questions posées au ministre, notamment : y a-t-il des textes de lois régissant le stockage et commercialisation des produits pétroliers en Rdc ? Quelle solution immédiate préconisez-vous pour sécuriser les populations d’éventuels accidents ?

            Dans le débat général qui s’en est suivi, les intervenants se sont exprimés sur plusieurs sujets relevant des secteurs des ministres convoqués.

            Dans la foulée, ils ont exigé la lumière sur l’octroi des permis d’exploitation minière ou autre usage, les mécanismes de protection qui accompagnent l’exploitation tout comme les risques éventuels à encourir, etc.

            L’octroi des permis d’exploitation des carrés miniers, les différents litiges qu’on connaît actuellement en la matière…bref, tout a été passé en revue par les intervenants qui tenaient à obtenir la lumière du patron des Mines à ce sujet.

            Même chose pour le ministre des Hydrocarbures à qui on a exigé des explications sur l’achat, stockage et commercialisation des produits pétroliers, les mesures de protection des populations et de l’environnement, le niveau d’exploitation du pétrole congolais, etc.

            Pour ce dernier aspect, le président de la Chambre basse a suggéré à ses collègues qui intervenaient de surseoir la question parce l’honorable Jean Bamanisa avait déjà déposé une question au bureau à ce sujet. D’où elle sera débattue largement au moment opportun. 

Kabuelulu répond, Mbuyu sollicite 48h00     

            Invités à répondre aux préoccupations des députés à l’issue du débat général, le ministre des Mines a fait sa réplique sur le champ. Tandis que son collègue des Hydrocarbures a préféré le faire dans deux jours, vu l’ampleur du dossier. Demande accordée par la plénière parce que jugée légale.

            C’est probablement le vendredi 8 octobre prochain que Célestin Mbuyu viendra répondre aux questions lui posées.

            Dans sa réplique faite du tac au tac, le ministre des Mines a d’abord rappelé à l’intention des élus que la loi reconnaît la compétence d’octroi de permis ou autorisation d’exploitation de terre à trois autorités. A savoir : le chef de division commerciale des mines, le gouverneur de province et le ministre des mines.

            Pour ce qui est de l’exploitation de la carrière de terre jaune de l’Unikin, c’est l’autorité provinciale qui est compétente.

            D’où suivant le principe du parallélisme de forme, le ministre ne devait pas sanctionner. Parce que c’est l’autorité qui octroie qui est compétente pour sanctionner en cas de dérapage.

            Concernant la mesure d’interdiction d’exploitation minière dans la partie Est du pays, Martin Kabuelulu a révélé qu’il y avait implication des autorités à tous les niveaux (national, provincial et local) avec complicité des éléments des FARDC. Raison pour laquelle la décision a été prise pour casser toute la chaîne de maffia qui s’était installée et entretenue.

            A propos, il a promis la publication du rapport de la commission interministérielle dans les jours qui suivent en vue de sanctionner les personnes impliquées.

Le ministre des Mines s’est également exprimé sur les dossiers litigieux comme celui opposant le gouvernement à la firme canadienne de First Quantum.

Cette firme s’était indûment accaparée de la concession de la SODIMICO, a-t-il indiqué. Avant d’ajouter que grâce à l’arrêt rendu par la Cour suprême de justice, la Sodimico a été rétablie dans ses droits.

            Pour ce qui est du résultat de l’enquête aussi réclamée par les députés sur la présence des dragues privées dans le polygone Miba, Martin Kabuelulu a laissé la Représentation nationale sur sa soif au motif que le dossier appartient au passé.

            De même, il soutient la désoxydation des diamants en disant que c’est une opération bénéfique du fait qu’elle apporte une valeur ajoutée aux pierres. Alors que les exploitants en déplorent le coût qu’ils considèrent comme exorbitant.

            Quant au paiement de la prime de contentieux, il dit ignorer une telle opération en exigeant la preuve par des services habilités.

Dom

LEAVE A REPLY

*