Le ministre des Hydrocarbures pour la protection des inventions congolaises

0
12

La journée d’hier lundi 13 juin, à l’Exposition de l’enseignement supérieur et universitaire, organisée par le ministère de tutelle, dans l’enceinte de l’Académie de Beaux – Arts, a été marquée par la visite du ministre des Hydrocarbures, Célestin Mbuyu Kabango.

Cette visite, revêtait plusieurs significations. Pour la première, retenons que Célestin Mbuyu Kabango est enseignant à la faculté des Sciences de l’Université de Kinshasa, et en tant que tel, il tenait à encourager le personnel académique et scientifique pour les travaux scientifiques réalisés par des chercheurs de cette faculté, qui méritent d’être vulgarisés, afin d’être encouragés.

Seconde raison :  le ministre des Hydrocarbures tenait à orienter les centres de recherche et les chercheurs de différentes institutions d’enseignement supérieur et universitaire vers la protection de leurs œuvres. C’est la seule voie pouvant leur garantir la jouissance des droits de la propriété industrielle s’ils en obtiennent le brevet d’invention. Cette protection légale régie par une série d’arrêtés ministériels sur la propriété industrielle, en attendant la promulgation de la loi y relative, garantit une couverture sécuritaire contre le piratage, la falsification et la copie.

A ce sujet, signalons que Célestin Mbuyu Kabango a fait allusion aux services rendus par la direction de la propriété industrielle qui dépendait à l’époque du ministère de l’Economie nationale et Industrie, direction qu’il avait chapeautée avec une expertise particulière et compétence, avant d’occuper le poste de directeur des approvisionnements, consommation et concurrence, et de Secrétaire général à l’Economie nationale, pour aboutir aux charges importantes de l’Etat, au niveau ministériel.

La troisième raison est que le ministre des Hydrocarbures est porteur d’un message d’espoir à la jeunesse congolaise qui est bouillonnante d’énergie et qui est à la recherche des repères et des modèles. Pour Célestin Mbuyu Kabango, l’avenir est dans les études pour pouvoir prendre la relève et assumer avec des atouts appropriés, le destin de notre pays en pleine reconstruction. Il reste convaincu que si les jeunes garçons et filles s’adonnaient aux études classiques ou s’intéressaient aux centres de formation professionnelle, le phénomène «Kuluna» disparaîtrait de notre vocabulaire. Et l’on pourrait connaître une offre importante en main d’œuvre qualifiée utile pour les différents besoins des industries.

Enthousiasmé par les travaux réalisés par le personnel scientifique de l’ISIPA,  en l’occurrence, l’utilisation du téléphone portable pour ouvrir et fermer à distance, les portes et faire fonctionner certains équipements, le ministre des Hydrocarbures a exprimé ses vœux dans le livre d’or.
Il s’est dit émerveillé par le nombre des cas qu’il qualifie d’inventions réalisées par les étudiants de cet établissement qui fait la fierté de notre enseignement au degré supérieur et surtout qu’il s’agit là des réalisations scientifiques faisant l’objet de la progression du monde moderne.
Célestin Mbuyu Kabango a formulé le souhait de voir toutes ces réalisations trouver des applications dans notre pays, la RDC, et que cet institut puisse les protéger au niveau de la propriété industrielle et les vulgariser pour que le gouvernement puisse s’impliquer.

A l’issue de cette visite, le ministre des Hydrocarbures a été rejoint par son collègue de l’ESU, le Dr Mashako Mamba, avec qui il a eu un échange fructueux sur le développement de la recherche scientifique au niveau de différentes institutions d’enseignement supérieur et universitaire, et particulièrement, sur la protection légale que l’Etat accorde aux inventions brevetables et aux marques déposées. Ce sujet sera certainement débattu dans les mois à venir avec la mise sur pied d’une commission appelée à approfondir toutes les questions liées à cette matière. C’est cette contribution que le ministre des Hydrocarbures a tenu à apporter à l’Expo ESU 2011.

                                                                                           J.R.T.

LEAVE A REPLY

*