Le ministre de l’Economie interpellé par la FEC sur l’année du social

0
33

Dans le cadre de l’objectif « 2010 année du social », le ministre de l’Economie a réuni mardi dans son cabinet de travail quelques importateurs et distributeurs des produits de grande consommation regroupés au sein de la FEC. Il était entouré de ses proches collaborateurs, ainsi que des techniciens de son administration centrale avec à leur tête, le secrétaire général Boni Mwawatadi Banjila Shibondo.

Cette séance de travail a permis à Bulambo Kilosho de faire l’état des lieux des approvisionnements du pays en divers produits. A cette occasion, il s’est intéressé particulièrement à la gamme des produits les plus consommés, leur structure des prix, l’impact de la fiscalité et parafiscalité sur ces denrées alimentaires. Les opérateurs économiques en ont profité pour stigmatiser la multiplication des taxes et des redevances, la multiplicité des contrôles des services de l’Etat et la vague des tracasseries administratives et policières, ainsi que le relèvement par l’Onatra, de la tarification de 50 à 100 % sans améliorer le service rendu à la clientèle.

Cette situation, ont indiqué les responsables de la FEC, se répercute sur les prix et les consommateurs. Avec la multiplication des taxes et des redevances, la baisse des prix des produits ne peut être envisagée sans que le gouvernement ne puisse intervenir dans le secteur.

Le ministre de l’Economie, qui a martelé que le gouvernement fait siennes les préoccupations du président de la République de faire de 2010 une année du social, entend revisiter toutes les mesures gouvernementales qui visent la facilitation des mécanismes d’importation et de distribution des produits pour un impact visible sur les ménages. Les principaux problèmes d’approvisionnement du pays en denrées alimentaires de première nécessité ont été abordés, afin de trouver des solutions adéquates de manière à soulager le pouvoir d’achat des plus démunis.

Le titulaire de l’Economie vient d’engager le dialogue avec les différents acteurs qui oeuvrent dans les différents secteurs de l’agro-alimentaire pour tenter de maîtriser le circuit d’approvisionnement par une surveillance plus accrue des chaînes de production locale et de distribution. Toutes ces séances de travail permettront à coup sûr l’éradication du phénomène commerce triangulaire qui a toujours perturbé le ravitaillement des grandes villes.

L’administrateur-délégué de la FEC, Jean Kalala Mukongo, s’est félicité de cet esprit d’ouverture et de concertation. De ces rencontres, il espère que l’exécutif pourra prendre enfin la mesure des problèmes des opérateurs économiques répercutés dans la structure des prix des produits de grande consommation. La FEC attend beaucoup de l’exécutif quant à la réduction ou la suppression de certaines taxes et redevances qui grèvent le pouvoir d’achat de la population.

                                   J.R.T.  

LEAVE A REPLY

*