Le ministère public requiert la prison à perpétuité pour le prévenu French

0
31

Zemanta Related Posts Thumbnail Au cours de l’audience publique du vendredi 31 janvier 2014 à la prison militaire de Ndolo, le ministère public a requis la prison à perpétuité pour le prévenu Joshua Daniel French, pour avoir assassiné son ami de cellule Moland Tostlov par pendaison pendant son séjour. Selon l’acte d’accusation du ministère public, la victime a été tuée par le Norvégien French le 18 août 2013. Et avant qu’il soit privé d’oxygène, il l’avait tout d’abord drogué en lui administrant des produits chimiques. French a supprimé la vie deson ami Moland pour effacer les traces de leur opération criminelle dans la Province Orientale, précisément en Ituri. L’officier du ministère public a rappelé à l’intention du tribunal qu’au mois de juin 2009, le prévenu French et Moland étaient condamnés au 1e et 2e degrés pour avoir commis un assassinat sur la personne du chauffeur Abedi kasongo. Ce chauffeur était contacté par ces deux Norvégiens pour les conduire à la réserve d’Okapi d’Epulu, dans la Province Orientale. Ils l’ont tués et ravi sa camionnette. Et pendant qu’ils assassinaient ledit chauffeur, un autre chauffeur avait tout vu et divulgué l’information dans toute la ville. Peu après, ils étaient appréhendés. Les gens avaient vite compris que les deux sujets norvégiens se querellaient de temps en temps parce que French ne voulait pas que le chauffeur ne soit tué et Moland était pour et c’est lui qui avait commis cet assassinat. C’est ainsi que même à la prison  de Ndolo les deux se tiraillaient souvent. Et French avait juré de ne pas pardonner son ami Moland parce que c’est à cause de lui qu’il faisait la prison, a indiqué le ministère public.

            A son tour, l’avocat de la défense a promis de répliquer à la prochaine audience qui est prévue pour le mardi 4 février 2014.

Rappel

            Des experts congolais et norvégiens avaient comparu à l’audience du 28 janvier 2014 devant le Tribunal Militaire de Garnison de Gombe pour éclairer sa religion au sujet de la mort du prévenu Moland Tostlov qui était trouvé mort dans la cellule qu’il partageait avec French. Le premier suspect, c’est son ami de chambre parce qu’il est l’unique citoyen qui avait l’habitude de passer le temps avec la victime. Il y a lieu de rappeler qu’il y a eu un désaccord total entre l’expertise congolaise et norvégienne. Au cours de la confrontation des spécialistes en matière de prime de crime, chacun a démontré à sa manière en imaginant plusieurs sortes de suicide et montré les positions dans lesquelles une personne peut se donner la mort. Le tribunal n’est pas encore éclairé sur ce sujet. Selon les spécialistes congolais, il s’agit d’une pendaison criminelle.

            C’est vrai qu’il était sous l’emprise des produits toxiques au moment de son décès, mais ces produits ne pouvaient pas être la cause de sa mort comme renseignent son sang et ses urines, ont-ils ajouté. En ce qui concerne l’expertise des Norvégiens, il s’agit d’un suicide lié au taux de 2,7% d’alcool trouvé  dans le  corps de la victime. Ils ont fait savoir que Moland était dans un état d’ivresse. C’est ce qui a précipité sa mort. Il a pris des valium 4 jours avant qu’il ne soit trouvé mort.

            En réplique, le ministère public a critiqué le rapport  présenté par les Norvégiens et demandé au tribunal de rejeter cela parce que selon lui ça ne constitue pas une constatation matérielle mais plutôt une manœuvre dilatoire parce que tous ces éléments ont été dictés à ces experts par le prévenu Daniel French. Ce constat a été établi sur un terrain déjà fréquenté par plusieurs enquêteurs. Tous les indices de preuves étaient déjà pollués, ils sont arrivés sur le lieu du crime en retard.

Murka

LEAVE A REPLY

*