Le ministère des Transports accusé d’opacité !

0
106

Hubert Mpiana Kalunga, Administrateur Directeur Commercial et propriétaire de la société Central African Agencies(CAAG), distributeur officiel des véhicules de marque JAC Motors, est monté au créneau, hier lundi 18 novembre 2013 à l’hôtel El Patio à Gombe, pour dénoncer l’injustice, la fraude et le manque de transparence qui ont caractérisé la passation d’un marché de fourniture de 250 minibus à l’entreprise Central Motors SPRL. A l’en croire, la décision de rejet de l’offre de CAAG est injuste et contraire aux procédures d’attribution des Marchés publiques.

 Alors que CAAG est une entreprise de nationalité congolaise, à capitaux 100% congolais, c’est plutôt des intérêts étrangers qui sont privilégiés dans cette transaction. Ensuite, en violation du principe de l’offre économiquement le moins disant, Central Motors SPRL s’est adjugé la marche sur fond d’une proposition de faire acheter 250 bus à 14 milliards FC, alors que CAAG fait son offre à seulement 9 milliards, soit un écart de 5 milliards ! « La motivation justifiant le prix de l’offre de CAAG qui est la moins disante trouve son intérêt dans le fait que, nous avons tenu compte de nos compatriotes exploitants privés à qui sont destinés les bus, les propriétaires des véhicules en commun(APVCO). Plus les coûts des véhicules sont élevés, plus les délais de remboursement des crédits sont élastiques, alors que lesdits véhicules s’amortissent, et la garantie de remboursement de la totalité de crédit est moindre… » a expliqué Hubert Mpiana. Ajoutant, cependant que plus les couts sont réduits, plus aussi l’échéancier de remboursement est réduit, et le gouvernement aura des entrées rapides qui lui permettront de commander d’autres véhicules dans un délai raisonnable en vue de pérenniser cette activité.

Par-dessus tout, a renseigné le patron de CAAG, distributeur officiel de bus JAC, ses partenaires chinois ont pris l’engagement d’implanter une usine de montage d’autocars en RDC.

 Nouvelle saignée du Trésor public en vue 

Très indigné par le rejet de son offre, CAAG a pointé du doigt le ministère des Transports et Voies de communication, lequel favorise un endettement exagéré pour les pauvres exploitants privés de transport en commun et met à mal le projet de renouvellement du parc d’autobus congolais qui ne connaitra pas, à cette allure, le succès attendu.

Il convient de souligner qu’à la première qualification, seules les sociétés CFAO Motors, Zahira SPRL et CAAG ont été retenues. Les soumissionnaires ont tous observé avec étonnement la récupération de Central Motors SPRL, par un tour de passe-passe d’une opacité totale. Objectif inavoué : une nouvelle saignée du Trésor public.

Le contrat n’ayant pas encore été signé, les acteurs de cette confrontation invitent le Procureur général de la République à se saisir de ce dossier en vue de rétablir la justice, suivant les recommandations des Concertations nationales, telles qu’approuvées par le Chef de l’Etat qui s’est engagé dans la lutte contre les antivaleurs. Quant au parlement, exhortation lui est faite d’interpeller le ministre des Transports et Voies de communication, Justin Kalumba, afin qu’il réponde de ses actes avant le remaniement.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*