Le meeting de «Sauvons la RDC» étouffé dans l’œuf

0
84

ecideLe meeting de la plateforme de l’Opposition dénommée « Sauvons la RDC » contre la révision constitutionnelle et la modification de la loi électorale prévu hier dimanche 11 janvier 2015 à l’esplanade du stade de Martyrs a été étouffé dans l’œuf. Quelques militants et cadres de ce regroupement politique qui ont tenté de se rendre au lieu du meeting à partir du siège de l’Ecidé, sur l’avenue de l’Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu, ont été violemment dispersés par la police, avec des matraques et des gaz lacrymogènes.

            A en croire les responsables de « Sauvons la RDC », la répression policière a fait 15 blessés dont 3 graves, acheminés dans les centres hospitaliers les plus proches.

On rappelle que depuis la nuit du samedi 10 janvier 2015, des milliers de policiers étaient déployés sur toutes les artères conduisant vers l’esplanade du stade des Martyrs, notamment les avenues Kasa-Vubu, Huileries, Enseignement et le boulevard Triomphal, pour empêcher la tenue de la manifestation.

            Les acteurs de « Sauvons la RDC », s’opposent à toute tentative de révision de la loi électorale visant le glissement du calendrier électoral et toute autre manœuvre tendant à maintenir au pouvoir le président de la République, Joseph Kabila, au-delà de 2016.

            On signale qu’en son temps, cette plateforme politique, par la bouche de son Coordonnateur, Martin Fayulu, avait dénoncé l’agenda caché de l’ONIP (Office National d’Identification de la Population), une structure créée par le pouvoir pour retarder la tenue des élections présidentielle et législatives, en essayant d’obtenir des prolongations en tirant le recensement en longueur.

Eric Wemba             

DÉCLARATION DU 11 JANVIER 2015

            Rien, mais alors rien ne pouvait justifier la barbarie policière sous les ordres du Gouverneur de la Ville de Kinshasa et dont les membres de «Sauvons la RDC» ont été victimes aujourd’hui 11 janvier 2015;

            Des balles réelles ont été tirées sur la population blessant plusieurs membres de notre regroupement; des gaz lacrymogènes ont été largués, des arrestations ont été opérées sur nos membres.

            Aujourd’hui 11 janvier 2015 est un jour triste pour la démocratie dans notre pays.  Mais, grâce à la détermination du peuple congolais, c’est aussi un jour d’espoir pour la libération totale de notre peuple de l’enchaînement dans lequel le régime finissant de Monsieur Kabila l’enferme depuis exactement 14 ans.

            En effet, la plateforme «Sauvons la RDC» devait tenir ce jour son meeting populaire pour dire:

-Non à la révision Constitutionnelle;

-Non à la révision de la loi électorale;

-Non à l’ONIP et au recensement;

-Non au glissement au-delà de septembre 2016 ;

-Oui à la démocratie.

            Alors que, conformément à l’article 26 de la Constitution, nous avions saisi l’autorité urbaine depuis plus d’un mois pour l’informer de la tenue de notre meeting, ce dernier a attendu la veille de la manifestation pour nous opposer la loi de 2001 sur les partis et les regroupements politiques pour justifier son refus de prendre acte de nos lettres d’information.

            En réponse, nous lui avons rappelé que son office n’était pas à jour relativement à la production législative dans notre pays. Car, la loi de 2001 sur laquelle il s’appuyait a été abrogée par la loi de 2004.

Confondu, le Gouverneur de la Ville a vainement essayé de trouver une autre excuse sans fondement légal pour nous empêcher de tenir notre meeting.

 Aussi, a-t-il déployé près de 3000 policiers qui se sont distingués dans la violence contre les membres de «Sauvons la RDC».

« Sauvons la RDC » condamne fermement la répression policière inutile de ce jour et prend la à témoin la Communauté nationale et internationale du caractère répressif du régime aux abois de Monsieur Kabila et ses affidés.

« Sauvons la RDC » réaffirme à la fois sa détermination à barrer la route à ce régime qui s’appuie sur la violence, la corruption ainsi que le mensonge et rassure le peuple Congolais que ses membres ne se laisseront pas intimider.

« Sauvons la RDC » tient le Gouverneur de la Ville de Kinshasa pour responsable de dégâts causés par la police et exige la libération sans condition de tous ses membres arrêtés.

Tout en félicitant le peuple congolais qui s’est déplacé nombreux pour suivre le message du «NON» aux initiatives de Monsieur Kabila et ses affidés qui veulent instaurer une monarchie présidentielle dans notre pays, «Sauvons la RDC» loue le courage dont la population a fait preuve en bravant la peur.

Martin M. Fayulu

Coordonnateur FAC

Christopher M. Ngoyi

Coordonnateur

Société Civile de la RDC