Le M23 au cœur de l’intox : Kinshasa accusée de collusion avec les FDLR

0
18

 

Kinshasa a été roulée dans la farine ! C’est triste de constater que les plénipotentiaires de la RDC n’aient pas perçu le piège dans lequel leurs homologues rwandais les ont enfermés et qui va hypothéquer la souveraineté du pays pendant longtemps. 
Juste au lendemain de la publication de ce communiqué final sanctionnant les travaux de la session ordinaire de la Grande Commission Mixte Rwanda-RDC, deux évènements majeurs surviennent sans coup férir. Coup sur coup, il y a d’abord la terrible nouvelle accusant des FDLR et des MAI-MAI Shweta de massacre d’une centaine des compatriotes dans une localité du territoire de Masisi.
 Ensuite il y a ce communiqué lancé par le fameux M23 se réclamant toujours du CNDP de « détenir une documentation fournie à ce sujet, comprenant des preuves irréfutables sur les positions FARDC tenues par les éléments FDLR, les unités FARDC commandées par les officiers FDLR et leur implication dans les combats en cours ».  Enfin, ces mutins du M23 « se réservent le droit de rendre publics les éléments de preuve qui attestent la collusion permanente et solide entre les FARDC et les FDLR ».
 
Bluff ou fuite en avant ?
 
Il est quand même surprenant que le CNDP, par sa nouvelle branche M23, ait attendu la publication du communiqué final sanctionnant les travaux de la session ordinaire de la grande commission mixte congolo-rwandaise pour sortir de son silence.
Car, selon ce communiqué, les deux Etats se sont réjouis « de l’excellence des relations  qui existent entre la RDC et le Rwanda ainsi qu’entre les deux peuples, qui reflète la volonté manifeste de deux chefs d’Etats, leurs excellences Paul KAGAME et Joseph KABILA, de faire de la région des Grands Lacs un havre de paix, de stabilité et de développement durables ».  Avant de vanter des avancées significatives en indiquant que « les deux parties ont noté avec satisfaction les efforts fournis pour mettre en application les recommandations de la 4ème session de la Grande commission mixte entre la RDC et le Rwanda tenue à Kinshasa du 17 au 19 décembre 2009 ». 
A qui le M23 envoie-t-il ce clin d’œil ? Si c’est en direction de Kigali, ce serait le mettre dans une position inconfortable au lendemain de ce communiqué final qui vante l’excellence des relations avec Kinshasa et « sa volonté de continuer à appuyer les efforts de la RDC visant à restaurer et maintenir la paix et la sécurité à l’Est de la RDC ». Comment le Rwanda peut-il se vanter d’excellentes relations en sachant d’avance que les troupes armées congolaises seraient commandées par les officiers des FDLR et coalisent avec ces derniers dans les combats qui se déroulent actuellement sur les territoires de Masisi et Rutshuru ?
D’autre part, si Kigali a offert sa médiation car selon lui, le recours à une solution militaire ne peut pas régler ce problème, c’est sachant que ces mutins du M23 sont en débandade. Ensuite, le gouvernement rwandais sait que les flux des réfugiés congolais fuyant la guerre risquent de perturber la sécurité intérieure en compromettant ainsi son programme de reconstruction et de la réconciliation nationale.
Cependant, d’autres sources sont d’avis que ces accusations jusque-là sans preuves palpables de la collusion des FARDC avec les FDLR viseraient à apporter de l’eau au moulin de ceux qui soutiennent le lancement des opérations militaires conjointes des armées rwandaises et congolaises pour traquer encore une fois cette force négative. Autrement dit, le M23 jouerait alors ici le rôle d’espion et de témoin oculaire sur le terrain pour appuyer les non dits de ce communiqué final. 
 
Encore et toujours le prétexte sécuritaire !
 
On rappelle à ce sujet que tout au début de la guerre de l’AFDL, Kigali avait fait état d’une affaire purement congolo-congolaise avant de se raviser, une fois que les preuves de son implication dans les combats étaient évidentes, en soulevant le prétexte sécuritaire des FDLR. Chat échaudé a peur de l’eau froide, les Congolais avisés perçoivent dans cette sortie du M23, les prémisses de la poursuite de la même stratégie de guerre préventive que Kigali brandit sur toutes les tribunes internationales pour justifier la présence de ses troupes armées sur les territoires de l’Est de la RDC. 
 
Kinshasa a été encore une fois roulée dans la farine par Kigali qui par le biais de son allié le M23 fait d’une pierre deux coups. Tout d’abord, il a obtenu que Kinshasa prenne la charge de la traque des FDLR et de l’autre, son allié le M23 prétend détenir des preuves irréfutables de la collusion des FARD, avec les FDLR. Autrement dit,  c’est le Congo qui est le commanditaire de l’insécurité au Rwanda. 
 
 
       Castro 

LEAVE A REPLY

*