«Le livre véhicule les idéologies, propage les valeurs des droits de l’homme et enracine la démocratie…»

0
16

La journée du livre et des droits d’auteur préoccupe le Gouvernement congolais qui par le biais de son Ministre de tutelle a adressé un message à la nation congolaise. « Cette journée mondiale du livre et des droits d’auteur est-elle pour nous une interpellation, une occasion de jeter le jalon d’une nouvelle politique dans ces matières qui s’inscrivent dans la politique nationale, définie par son Excellence Joseph Kabila Kabange, Président de la République, qui nous invite à la culture de l’excellence, et à travers le programme mis en œuvre par le Gouvernement dirigé par son Excellence M. Adolphe Muzito, Premier Ministre. »

Jeannette Kavira, Ministre de la Culture et des Arts, a fait siennes les préoccupations suivantes.

Pourquoi devront-nous consacrer chaque 23 avril à l’événement ?

« C’est à travers le livre que l’homme s’ouvre, acquiert des connaissances permettant sa valorisation dans la société. Le livre est le creuset du patrimoine culturel et scientifique de l’humanité. Le livre est le lieu d’échange et de brassage  de diverses cultures et civilisations. Le livre est aussi source de revenus et un produit social. Il est à présent dans tous les secteurs d’activités. Nul n’ignore la place qu’il occupe dans l’enseignement, la recherche, l’édition, la communication, la religion… »

Et que vaut le livre sur le plan politique ?

« Le livre véhicule les idéologies, propage les valeurs des droits de l’homme et enracine la démocratie. Le livre est un article de loisir sain. A ce titre, il constitue un instrument efficace dans la lutte contre l’oisiveté et la délinquance. »

Aussi pour le promouvoir, la Ministre de la Culture et des Arts a l’espoir que: « la Bibliothèque Nationale du Congo, service spécialisé du ministère de la Culture et des Arts entreprendra son installation sur toute l’étendue du pays. »

En ce qui concerne les droits d’auteur, la Ministre est consciente du flou qui y règne : « Il s’agit d’un domaine particulièrement sensible et dont la gestion à ce jour dans notre pays démontre beaucoup d’insuffisances au point qu’une réforme en profondeur est envisagée au plan des textes juridiques internes et la ratification des conventions internationales pertinentes. Les droits d’auteur sont un droit de propriété, ayant une valeur patrimoniale qui constitue une source de revenus pour son titulaire et pour l’Etat. »

Alors que les droits d’auteurs sont encore gérés par une société en liquidation depuis l’an 2000, la Société Nationale des Editeurs, Compositeurs et Auteurs, Soneca en sigle, le Ministère de la Culture et des Arts dit « travailler d’arrache-pied pour mettre en place une structure nouvelle, responsable et capable d’encadrer, de protéger les droits d’artistes et des écrivains. »

Eddy Kabeya

LEAVE A REPLY

*