Le Groupe Bolloré intéressé par la réhabilitation du chemin de fer et du port de Matadi

0
68

Restaurer le port de Matadi et le chemin de fer Matadi-Kinshasa : tels sont les points essentiels de la mission qu’effectue depuis avant-hier Dominique LAFONT, Directeur Général de la région Afrique du groupe BOLLORE. Arrivé à Kinshasa depuis mardi 23 mars, il compte relancer les négociations avec les autorités politiques et administratives du pays et c’est dans ce cadre qu’il a été reçu mardi par le Premier ministre et chef du gouvernement de la République. La journée d’hier a été consacrée à une visite du port de Matadi qui, comme on le sait, vient de réaliser une performance rare avec plus de 120 millions des dollars Us des recettes annuelles, un record jamais atteint, ont indiqué les responsables de l’ONATRA.

 

BOLLORE intéressé par le port en eau profonde de Banana

Premier groupe en Afrique dans le domaine de la logistique, de la gestion et de la consignation portuaire, le Groupe BOLLORE est présent en RDC depuis 1953 à travers sa filiale SDV AGETRAF, a fait savoir Dominique LAFONT lors d’un entretien avec la presse en sa résidence de passage situé dans le complexe Utexafrica à Gombe. Doté d’un personnel évalué à plus de 25.000 agents à travers le continent, ce groupe a vu son chiffre d’affaires atteindre le sommet de 2 milliards d’Euros, un taux de croissance qui ne laisse pas indifférents les décideurs politiques du continent. Pourquoi avoir choisi la RDC alors que son groupe vient de gagner l’appel d’offres du marché de la réfection du port en eau profonde de Pointe Noire au Congo-Brazzaville ? Le Groupe BOLLORE, a signalé Dominique LAFONT, est optimiste quant aux possibilités de relance économique de la RDC, un pays immense, peuplé de plus de 60 millions d’habitants, doté des ressources humaines de haute facture et aux immenses richesses naturelles mais qui a besoin d’innombrables points de sortie en vue de vaincre son enclavement. Le projet de la réfection du port de Matadi et du chemin de fer permettra de désenclaver Kinshasa, ce qui aura comme avantage de favoriser le développement des affaires.

Par ailleurs, il va sans dire que le port de Pointe Noire sera géré par SDV AGETRAF. Cela permettra aux bateaux pouvant accoster dans les deux ports de Matadi et Boma dont le tirant d’eau est peu profond de faire des rotations pour récupérer les tonnages transportés par les bateaux de haute mer positionnés à Pointe Noire. «Cependant, avoir gagné l’appel d’offres de Pointe Noire ne nous empêche pas de nous positionner pour la construction du port de Banana, BOLLORE est intéressé, mais bien entendu, cette initiative régalienne est de la compétence du gouvernement», a-t-il tenu à préciser.

Si les négociations entamées en 1995 avaient abouti, peut-être que les travaux de la construction du port en eau profonde de Banana seraient déjà achevés, il en est de même de la réfection du port de Matadi et du chemin de fer reliant cette ville à Kinshasa. A l’époque le climat politique était fort chargé tout comme en 2000 lorsque l’on a tenté de relancer les pourparlers à ce sujet, a souligné Dominique LAFONT. « Le but poursuivi par mon groupe est de démontrer aux autorités congolaises comment désenclaver Kinshasa, une mégapole de plus de 10 millions d’habitants et un centre des affaires florissantes dès lors que les signaux de la relance sont visibles et le Groupe BOLLORE ne peut pas rater le train », s’est réjoui son directeur général pour l’Afrique. Grâce à sa filiale SDV AGETRAF, BOLLORE est déjà présent au centre, à l’Est, au sud et dans la capitale politique.

A la question de savoir si le Groupe BOLLORE sera aux côtés du groupe PROGOSA pour la réfection du port de Matadi et du chemin de fer, Dominique LAFONT n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour indiquer que ce dernier n’est pas dimensionné pour gérer ce genre de projet et « je note que son contrat est arrivé à terme », a-t-il souligné sourire en coin. Avant d’insister sur le fait qu’en attendant le port en eau profonde de Banana, le groupe BOLLORE voudrait s’occuper de l’existant, entendez par là le port de Matadi et le chemin de fer, car la RDC est un pays de l’avenir.

Fidèle Musangu

LEAVE A REPLY

*