Le gouvernement sort le Kwilu des ténèbres

0
93

Vieux de plusieurs décennies et mis en veilleuse sous la Seconde République, le projet de construction du barrage de Kakobola, dans le territoire de Gungu, District du Kwilu, à 70 kilomètres de la ville de Kikwit, dans la province du Bandundu, va bientôt quitter le domaine des rêves. On apprend en effet qu’hier jeudi 05 août 2010 à l’Hôtel du Gouvernement, le protocole de financement de cet ouvrage a été signé par le ministre des Finances, Matata Ponyo pour la partie gouvernementale et Nadeem Manjetan, General Manager pour le compte de Export-Import Bank of India. 

            Le grand témoin de cette cérémonie de signature était le Premier ministre Adolphe Muzito, entouré des ministres Alexis Thambwe Mwamba des Affaires Etrangères et Olivier Kamitatu du Plan ainsi que du gouverneur de la province de Bandundu,  Richard Ndambu. Un crédit de 42 millions de dollars américains est ainsi mis à la disposition du gouvernement congolais pour la construction et l’équipement du barrage de Kakobola, a précisé le ministre de l’Energie, Gilbert Tshiongo Tshibunkubula wa Tumba, qui a par ailleurs indiqué que cette centrale hydroélectrique devrait desservir plus de 1,9 millions d’habitants à travers le District du Kwilu.

            Il convient de préciser que les travaux de ce barrage sont déjà lancés et qu’il manquait des fonds pour les booster. A présent, rien ne s’oppose à leur poursuite jusqu’à leur terme.

            Approché par la presse, le gouverneur Richard Ndambu de Bandundu s’est réjoui de l’arrivée imminente de l’énergie électrique dans le district du Kwilu : « Ce barrage permettra à la ville de Kikwit de jouer son rôle de pôle économique pour la province, ce qui permettrait aussi aux populations d’Idiofa de mener leurs activités de développement». Dans la foulée, il a remercié le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, d’avoir enfin matérialisé la promesse faite aux compatriotes de cette partie de la République. Il n’a pas manqué de saluer la franche collaboration du Premier ministre aux côtés du Chef de l’Etat pour la bonne conduite des 5 chantiers de la République.

            La mise en service prochaine du barrage de Kakobola va constituer un événement dans la province du Bandundu en général et dans les villes de Kikwit et Idiofa en particulier, où les gens salivaient d’envie mais surtout de dépit au vu des pylônes et câbles de la ligne à très haute tension d’Inga qui traversent leurs contrées depuis 1972 sans qu’ils puissent bénéficier des merveilles de l’électricité. Ces populations qui gardent un souvenir amer des centrales thermiques ou groupes électrogènes qui ne sont alimentés en carburant qu’à l’occasion des séjours de hauts dignitaires de la République à Kikwit ou Idiofa croient à peine à la bonne nouvelle venue de la Primature.

            Leur prière est que les robinets devenus des pièces de musée à Kikwit, faute d’énergie électrique pour faire tourner l’usine de la Regideso, recommencent à vomir l’eau potable, ce qui mettrait fin aux navettes des ménagères et baigneurs entre leurs habitations et la rivière Kwilu. Il est difficile d’imaginer, à partir de Kinshasa, le calvaire des compatriotes privés des opportunités de cheminer vers la modernité à cause notamment de l’absence de l’électricité. Le barrage de Kakobola va non seulement chasser les ténèbres dans le Kwilu mais aussi donner un coup de pouce aux activités industrielles. D’ici peu donc, la ville de Bandundu ne va plus être la seule à jouir de l’énergie électrique que lui apporte un branchement de la ligne d’Inga, depuis les années ’80. 

                                   Kimp

LEAVE A REPLY

*