Le Gouvernement refuse de polémiquer avec CEPADHO

0
21
mendeLe Gouvernement de la République confirme le nombre de moins de 400 éléments encore militairement actifs des FDLR donné par le Général Léon Mushale, Commandant de la Troisième Zone de Défense des FARDC. Ce chiffre ne prend en compte ni les familles inoffensives (dépendants) des éléments en question, ni les réfugiés rwandais vivant  dans les zones du Nord Kivu ou du Sud Kivu où ces criminels se sont repliés et qui leur servent de bouclier humain ;
2. Il existe un certain nombre de bandits armés qui écument quelques entités bien identifiées des deux provinces du Kivu. Ils ne sont pas tous membres de ce groupe armé rebelle hutu rwandais des FDLR ;
3. Le Gouvernement partage les préoccupations exprimées par le CEPADHO et tient à rassurer les populations de toutes les entités perturbées de sa détermination à désarmer par la force les éléments résiduels des FDLR avant leur rapatriement vers leur pays et à réprimer les autres bandes de malfaiteurs armés dans la région afin d’y rétablir la paix et la sécurité pour tous.
            Il ne souhaite engager aucune polémique stérile au sujet des données susmentionnées sur lesquelles il dispose de renseignements précis de ses propres services d’intelligence recoupés par d’autres sources crédibles; des renseignements qu’il n’a aucun intérêt à dénaturer,  à l’inverse de certains acteurs extérieurs qui répandent des fausses statistiques alarmantes sur les opérations de désarmement forcé des FDLR par les FARDC depuis que les Hautes Autorités de notre pays ont décidé de renoncer à leur appui aux dites opérations du fait de leurs pratiques avilissantes et discriminatoires vis-à-vis des vaillantes troupes congolaises qu’ils étaient appelés à épauler;
4. Le Gouvernement engage le CEPADHO et tous nos compatriotes des provinces du Nord Kivu et du Sud Kivu à soutenir la décision des Hautes Autorités du pays de faire respecter la souveraineté et la dignité de la République Démocratique du Congo et de faire confiance aux FARDC et à leur Gouvernement qui continuent sans désemparer leurs opérations de pacification et de sécurisation de la région.
Fait à Kinshasa, le 04 août 2015
 
Lambert MENDE OMALANGA
 
Ministre de la Communication et Médias
 
Porte-parole du Gouvernement