Le gourou des Enyele aux arrêts

0
35

Les sources officielles ont annoncé hier à l’opinion nationale la capture, à partir de son ancien fief de Dongo, dans la province de l’Equateur, à une date qui n’a pas été précisée, du nommé Udjani alias « Etoko », reconnu comme le chef des insurgés Enyele. Selon la version livrée séparément par le ministre de la Communication et Médias, Lambert Mende Omalanga, et le président de l’Assemblée Nationale, Evariste Boshab, au courant de la plénière de cette institution, Udjani a été arrêté en douceur par les membres de son propre clan à Dongo, où il était revenu dans le dessein inavoué de procéder à un nouveau recrutement de combattants pour sa milice armée, le « Mouvement de Libération Indépendante des Alliés ». Aussitôt qu’il a été neutralisé, il a été remis à la police de Dongo pour dispositions utiles.

Ainsi, dans les milieux officiels, on croit que l’épopée des insurgés Enyele est arrivée à son dernier épisode. Le nettoyage des dernières poches des élements incontrôlés qui se livrent sporadiquement aux actes de guérilla dans certains villages reculés de l’Equateur se poursuit.

L’annonce de l’arrestation d’Udjani constitue un grand soulagement pour la population de l’Equateur en général et celle de Mbandaka en particulier. Il est à espérer que la psychose de la peur, déjà vaincue par les « frères » du gourou à Dongo, va progressivement se dissiper dans la nature.

On rappelle qu’Udjani dit « Etoko » s’était fait connaître au grand public après les échauffourées entre autochtones à Dongo autour du contrôle des étangs, et l’attaque armée des Enyele contre des policiers du coin en novembre 2009. Ces affrontements avaient causé des déplacements des populations, jusqu’à hauteur de 115.000 âmes, vers l’autre rive du fleuve Congo, plus précisément au Congo/Brazzaville.

Mais le fait qui a le plus secoué le pays est l’attaque surprise menée par le même mouvement insurrectionnel le 04 avril sur la ville de Mbandaka, après l’arraisonnement d’un bateau. La prise en otage d’un médecin Italien, Mario, à une cinquantaine de kilomètres de Mbandaka et sa libération à la suite d’une opération commando des FARDC.

Il convient de noter que le dossier des Enyele avait fait l’objet de la question orale du député Jean-Lucien Bussa au Premier ministre Adolphe Muzito. Le débat qui s’en était suivi s’était transformé en un état des lieux de la Nation, sur fond de déballage.

                                   Kimp

 

LEAVE A REPLY

*