Le général Oleko : « Selon les rapports de mes services, deux véhicules endommagés et deux chauffeurs blessés ! »

0
23

Des incidents malheureux ont émaillé hier dans l’avant-midi, à Kinshasa, le dépôt du mémorandum de l’UDPS au siège central de la Commission électorale nationale indépendante.

Plusieurs versions ont en effet, circulé dans la ville, les unes aussi contradictoires que les autres. Il en est de même des bilans des débordements enregistrés avant la remise des revendications de l’UDPS par la délégation du Secrétariat  général de ce parti cher à Etienne Tshisekedi au vice-président de la Commission électorale nationale indépendante, le professeur Ndjoli.

Pour recueillir la version, ainsi que le bilan des incidents établis par la police, nous avons rencontré hier même dans l’après-midi, l’inspecteur provincial de la police ville de Kinshasa, l’inspecteur divisionnaire adjoint Jean de Dieu Oleko.
En dépit de son horaire de travail surchargé, il nous a reçu et d’emblée, entre deux communications téléphoniques, il a déploré les incidents survenus hier devant le siège central de la CENI. 

«  Que les combattants de l’UDPS aillent déposer leur mémorandum à la Commission électorale nationale indépendante ou fassent un sit-in, n’est qu’un exercice démocratique. Nous condamnons cependant, le fait que cet exercice s’est accompagné des débordements injustifiables ! », a-t-il déploré.
Pour l’inspecteur divisionnaire adjoint Jean de Dieu, les policiers avaient reçu des consignes particulières pour l’encadrement de ces combattants qui accompagnaient la délégation des cadres de leur parti.

Rien de fâcheux ne s’est produit auparavant, a indiqué le patron de la police de la ville de Kinshasa, quand les combattants affluaient devant le siège central de la Ceni. C’est peu avant l’arrivée de  la délégation des cadres de l’UDPS dans locaux de la Ceni, que des incidents malheureux ont commencé, signalent les rapports de la police. Afin de maîtriser la situation, les policiers ont tiré en l’air et fait usage de gaz lacrymogènes. Ces tirs n’auraient fait aucune victime.
Le patron de la police ville de Kinshasa s’est alors posé la question de savoir pourquoi toutes ces provocations avant d’ajouter que les combattants ont utilisé des cocktails molotov.

Selon les rapports lui transmis par ses services, ces débordements malheureux ont causé des dégâts sérieux. Il y a eu deux véhicules endommagés et deux chauffeurs blessés.  

Le premier véhicule est une voiture taxi de marque Mitsubishi, de couleur bleu foncé, immatriculée 2061 AB 10, que conduisait le chauffeur Balukeni, résidant sur avenue Kisimba n°8, commune de Ngaliema. De cet engin, il ne reste plus qu’un amas de ferraille calcinée.
Une jeep de la Légion PIR a également été incendiée dans les mêmes circonstances.
Outre ces dégâts matériels importants, l’on a enregistré deux blessés. Il s’agit du chauffeur Balukeni de la Mitsubishi, ainsi que du policier de la PIR, conducteur de la jeep. Jusque 16 heures, aucun mort n’aurait été enregistré.

Tel est le bilan que les services de la police ont établi au sujet des débordements survenus hier, au siège de la Ceni. La situation a été vite rétablie et le calme est revenu sur le boulevard du 30 juin ainsi dans cette partie de la ville.

 J.R.T.

LEAVE A REPLY

*