Le «Front Citoyen» disqualifie le facilitateur de l’UA

0
144

 

Aussitôt désigné par l’Union Africaine comme facilitateur du « Dialogue »  le 14 janvier 2016, Edem Kodjo divise  sérieusement la classe politique congolaise. Au lieu d’être un élément fédérateur afin de permettre aux Congolais de se mettre d’accord sur le processus électoral actuellement en panne, cet ancien Secrétaire général de la défunte Organisation de l’unité africaine est tout de suite contesté  par une frange non négligeable de l’opposition, alors que dans le camp du pouvoir, celui-ci est le bienvenu.

Pour les acteurs politiques de l’opposition, c’est le contenu de la feuille de route lui assigné par l’instance africaine qui ne répond pas à ses attentes et apparait flou. Surtout,  le communiqué de l’UA ne mentionne nulle part le respect de la constitution qui exige que les élections, dont la présidentielle et les législatives nationales, soient organisées dans les délais légaux.

DSC_0083C’est avec stupéfaction que le Front Citoyen 2016 a lu le Communiqué de Presse de l’Union Africaine du 14 janvier 2016 relatif à la tenue du « Dialogue Politique National en RDC ». Ledit communiqué allègue que c’est suite à la demande des Citoyens, des acteurs politiques et de la société civile que le Président Kabila a convoqué le « Dialogue ». En outre, le communiqué ne fait à aucun moment mention du processus électoral volontairement bloqué, via différents stratagèmes du pouvoir en place. Le respect de la Constitution à travers l’organisation de l’élection du prochain Président dans le strict respect du délai n’est pas non plus évoqué. En outre, ce communiqué fonde de manière interpellant le soutien de l’Union Africaine au dialogue sur le document cadre de l’Union Africaine, l’Agenda 2063, notamment son article 31 qui stipule « D’ici 2020, les armes seront réduites au silence. »

Le Front citoyen 2016 s’étonne que l’Union Africaine n’ait pas rappelé à tous l’exigence du strict respect de la Constitution ainsi que de l’organisation dans le strict respect du délai de l’élection du prochain Président. Par ce geste, elle viole les articles 10 (point 1), 17 et 23 de sa Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la Gouvernance qui consacrent respectivement la suprématie de la Constitution et la tenue régulière d’élections transparentes et libres dans les Etats partie.

Le Front Citoyen 2016 rappelle à l’Union Africaine que les Citoyens congolais ont un souci principal ; ils exigent le déblocage du processus électoral devant aboutir à une alternance démocratique au sommet de l’Etat, après une élection présidentielle tenue dans le strict respect du délai constitutionnel. Les Citoyens ont clairement

démontré, même au prix de leur vie notamment les 19, 20 et 21 janvier 2015, leur farouche opposition à toute action susceptible de prolonger le mandat de l’actuel Président au-delà du délai constitutionnel. C’est ainsi que le

Front Citoyen 2016 dit, une fois de plus, haut et fort :

– Non à un 3ème mandat !

– Non au glissement !

– Non à la violation de la Constitution !

– Non à la révision ou au changement de la Constitution !

– Non au référendum !

Le Front Citoyen 2016 précise que l’Unité, la Paix, la Stabilité et le Développement en République Démocratique

du Congo dépendent du respect des principes démocratiques, dont notamment le principe de l’alternance, tel qu’indiqué par le Secrétaire Général des Nations Unis lors de la présentation de son dernier rapport au Conseil de Sécurité, et non de la tenue d’un dialogue dont le principal objectif est de renverser le régime constitutionnel en vigueur afin de maintenir au pouvoir l’actuel Président, en violation de son serment. Le Front Citoyen 2016

indique qu’au non-respect du droit et à la violence, les Citoyens opposeront la résistance pacifique car ces derniers ne transigeront pas sur le respect de la Constitution en ce qui concerne l’élection du prochain Président. Le sacrifice des martyrs de la liberté et de la démocratie ne sera pas souillé.

L’Alternance doit avoir lieu en 2016 !

« CONGOLAIS TELEMA!!! »

Pour la plénière du Front Citoyen 2016,

Floribert ANZULUNI

Coordonnateur

Jean Claude KATENDE

Porte-parole