Le fonctionnement et la viabilité de 26 provinces

0
70

Le  parlement  s’achemine  vers  la  consécration  effective  –  sur  le  papier  –  du  découpage  territorial  du  pays  prévu  par  la  Constitution. Avant  de  clôturer  leur  session   extraordinaire  de  la  mi-janvier  à  la  mi-février  de  cette  année  2010,  les  deux  Chambres  législatives  ont  adopté  une  loi  sur  les  subdivisions  territoriales,  faisant  passer  le  nombre  des  provinces  de 11  aujourd’hui  à  26  demain.  Cette  loi  va   de  pair  avec  celle  sur  l’organisation  et  le  fonctionnement  de  la  Commission  électorale  nationale  indépendante (CENI),  puisque  ce  découpage  territorial  est  ainsi  opéré  en  prévision  des  élections  de  2011. Même  si  ces  deux  lois  sont  adoptées  par  le  parlement  et  promulguées  par  le  Chef  de  l’Etat,  leur  application  n’est  pas  tout  à  fait  certaine  d’ici  à  2011.  Pour  la  CENI,  le  temps  est  trop  limité  pour  la  voir  s’acquitter  de  plusieurs  missions  importantes  qui  lui  sont  assignées .  On  peut   citer  l’organisation  des  opérations  préélectorales  comprenant  l’identification  de  la  population  et  l’enrôlement  des  électeurs ;  l’établissement  et  la  publication  des  listes  électorales ;  la  passation  de  tous  les  marchés  publics  relatifs  aux  opérations  préélectorales,  référendaires  et  électorales ;  l’élaboration  du  calendrier  des  élections ;  la  vulgarisation  de  la  loi  électorale ;  la  sensibilisation  des  électeurs.

Quant  à  la  loi  sur  le  découpage  territorial,  il  y  a  lieu  de  s’interroger  sur  le  fonctionnement  et  la  viabilité  de  toutes  de  ces  26  provinces,  dont  la  plupart  sont  des  districts  qu’on  élève  à  ce  statut.  Certaines  de  11  provinces  actuelles  éprouvent  beaucoup  de  difficultés    pour  fonctionner.  Elles  n’arrivent  même  pas  à  trouver  des  ressources  suffisantes  pour  le  paiement  des  émoluments  des  ministres  et  des  députés  provinciaux.  Les  animateurs  des  organes  exécutifs  et  délibérants  sont  souvent  brouillés  à  cause  de  ce  problème.  Les  subventions  envoyées  par  le  gouvernement  central  ne  sont  pas  équitablement  réparties.  Il  y  en  a  qui  accusent  des  retards  de  paiement  de  plusieurs  mois.  D’autres  n’ont  pas  de  bâtiments  publics  propres  pourvaient  servir  de  bureaux  et  de  résidences  officielles.  Ils  en  sont  encore  presque  tous  aux problèmes  de  leur  survie,  d’où  ils  ne  peuvent  s’occuper  du  développement  des  provinces,  même  dans  une  moindre  mesure.  Les  onze provinces   actelles sont  devenues  comme  des  agglomérations  rurales  d’autrefois,  dépourvues  de  routes  et  d’infrastructures.  Si les anciennes provinces sont dans un tel état, que dire alors  de  15  provinces  supplémentaires  de  demain,  des  districts  dégagés  de  l’orbite  de  ces  11  provinces  d’aujourd’hui ?  C’est  la  création  de  nouveaux  emplois  pléthoriques  plus  politiques  qu’administratifs.  Il  faut  des  édifices  pour  l’installation  des  bureaux  des  organes  exécutifs  et  délibérants,  ainsi que  pour  l’hébergement  des  gouverneurs  et des  ministres,  des  présidents  des  assemblées  et  des  députés  provinciaux.   Il  faut  disposer  de  fonds  pour  assurer  le  fonctionnement  de  ces  organes  et  le  paiement  des  émoluments  de  leurs  animateurs.  Il  s’ensuit  naturellement  que  le  fonctionnement  et  la  viabilité  des  26  provinces  s’avèrent  d’ores  et  déjà  problématiques.  L’expérience  de  11  provinces  ne  s’est  pas  révélée concluante  et stimulante.  S’il  n’y  a  pas  de  pouvoir  central  fort  et  juste,  jouissant  vraiment  de  ses  attributs  de  souveraineté,  capable  de  veiller  à  l’intégrité  territoriale  et  au  maintien  de  la  paix  sur  l’ensemble  du  pays,  il  y  a  lieu  de  craindre  des  débordements  voire des  désordres  susceptibles  de  compromettre  l’unité  nationale.  Des  frustrations  et  des  déceptions  qui  vont  inévitablement  découler  des  ambitions  politiques  inassouvies  seront  de  nature  à  provoquer  des  situations incompatibles avec la régénération d’un Etat fort au coeur de l’Afrique.

Gouverner :  question  de  conscience  et  de  moralité

Des  querelles  et  des  contestations  entre  les  animateurs  des  organes  exécutifs  et  délibérants  de  11  provinces  d’aujourd’hui    en  sont  le  signe  prémonitoire.  Il  y  a  des  districts  érigés  en  provinces  de  demain, qui  sont  encore  jusqu’ici  l’objet  de  troubles  et  de  drames,  leurs  Territoires  désertés  par  des  habitants  autochtones  fuyant  l’insécurité.  Ce  n’est  pas  en  vingt-deux  mois  qui  restent  de  la  présente  législature  pour  aller  aux  élections,  que  la  paix  et  l’ordre  public  seront  rétablis  dans  ces  régions  troublées.  Il  y  a  des  zones  qui  échappent  à  l’autorité  de  l’Etat  congolais,  virtuellement annexées  par  certains  pays  voisins  du  Sud,  du  Nord,  et  de  l’Est.  Quant  et  comment  vont-elles  être  récupérées  et  se  mettre  à  fonctionner  comme  provinces  de  la  RDC  conformément  à  la  loi  consacrant  le  découpage  territorial  qui  vient  d’être  adoptée  par  le  parlement ?   La  Commission  électorale  nationale  indépendante (CENI)  serait-elle  en  mesure  de  s’y  déployer ?  L’immensité  de  la  superficie  du  pays  n’est  pas la  cause de  son  ingouvernabilité  pour que  sa  subdivision  en  plus  d’une  vingtaine  d’entités  politico-administratives y  soit  le  remède.

Administrer un pays  –  que  son  étendue  géographique  soit  grande  ou  petite  –  ne  tient  pas  de  la  magie.  C’est  une  question  de  conscience  et  de  moralité.  Si  l’on  est  imprégné  de  ces  qualités,  quel  que  soit  le  nombre  des  provinces,  on peut  bien gouverner ce  pays.  Il  faut  craindre  que  la  multiplicité  des  provinces  forgées  de  toutes  pièces,  qui  ne  reposent  pas  sur  des  bases  solides,  aux  mains  des  dirigeants  dont  la  plupart sont sans  principes,  ne  soit  mise  à  profit  par  ceux  qui  rêvent  de  la  balkanisation  de  ce  qu’ils  considèrent  comme   un  condominium-Eldorado  au  cœur  du  Continent africain.  Ce  sont  eux  qui  arment  et  soutiennent  des  mouvements  de maquis  à  l’Est  du  pays.  S’empêcheraient-ils  de  manipuler  des  roitelets  de  province  ou  leurs  dissidents  devenus  aigris ?  Surtout  que  la  conquête  du  pouvoir  par  la  violence  et  non par  la  voie  démocratique,  tend  à  s’instituer  comme  une  tradition.  Le  découpage  territorial mérite réflexion  plutôt  qu’applaudissement  et  enthousiasme.

Jean  N’Saka wa  N’Saka 

LEAVE A REPLY

*