Le drame Chebeya : gare aux ultras !

0
32

Laissant  l’opinion  tant  nationale  qu’internationale  en  état  de  choc  qui  va  toujours  crescendo,  la  mort  du  militant  activiste  des  droits  de  l’homme,  Floribert  Chebeya,  dans  des  circonstances  et  conditions   non  encore  élucidées,  est  une  sale  affaire  pour  l’Etat  congolais  dont  la  première  législature  expérimentale  s’achemine  vers  sa  fin.  En  conséquence,  tous  ceux  qui  gravitent  dans  l’orbite  du  pouvoir,  de  près  ou  de  loin,  devraient  s’astreindre  à  un  devoir  de  réserve.  On  est  très  étonné  d’observer  qu’il  y  a  parmi  eux  ceux qui  ne  semblent  pas   comprendre  la  gravité  de  ce  drame,  et qui rivalisent  de  zèle  en  faisant  des  déclarations  inconvenantes  et  provocantes,  apparemment  pour  disculper  le  pouvoir  comme  si  la  responsabilité  de  l’Etat  était  déjà  établie  dans  cette  affaire.  Ce  serait  remuer  encore  le  couteau  dans  la  plaie,  l’opinion  se  ressentant  encore  de  l’effet produit  par  le  communiqué  de  l’Inspection  provinciale  de  la  Police  de  la  ville  de  Kinshasa,  dont  le  contenu  est  généralement  considéré  comme  indécent,    insultant à  la  dignité  et  à  la  mémoire  d’un  homme  qui menait  une vie chaste  de son vivant,  à  entendre  ceux  qui  le  connaissaient  et  le  fréquentaient.  Ils  devraient  être  des êtres  atypiques  pour  se  permettre  de  jouer  avec  le  feu  qui  risque  de  causer  des  dégâts  incommensurables.

Mais  on peut  se  demander  pour  qui  rouleraient-ils  quand  on sait  que  le  sommet  du  pouvoir  a  déjà  montré  officiellement  qu’il  ne  transigeait  pas  avec  ce  crime.  Le  compte-rendu  diffusé  à  l’issue  de  la  réunion  du  Conseil  supérieur  de  la  défense  autour  de  chef  de  l’Etat  est  sans  équivoque.  Des  mesures  conservatoires ont  été  prises  séance  tenante,  frappant  de  suspension certains  responsables  à  différents  niveaux.  On  ne  s’est  pas  opposé  à  la venue  des  médecins  légistes  étrangers  pour  procéder  ou  participer  à  l’autopsie  du  corps  du  défunt. 

En  somme,  le  chef  de  l’Etat  s’est  montré  coopératif.  Mais  au  nom  de  qui  et  à  quel  titre  certains  personnages  s’élèvent-ils  contre  toute  intervention  de  la  communauté  internationale   dans  cette  affaire,  estimant  que  cette  démarche  équivaudrait  à  la  violation  de  la  souveraineté  de  l’Etat  congolais? D’ailleurs,  il  faut  être  politiquement  aveugle  pour  ne  pas  discerner  le  volume  et  la  provenance  des  réactions  extérieures  déchaînées  par  la  mort  du  Directeur  exécutif  de  « La Voix  des  sans  voix »,  et  s’imaginer  qu’il  serait  indiqué  d’engager  le  bras de  fer avec  toutes  ces  hautes  sphères  internationales.  Ils  ne  voient  pas  qu’en  attendant  l’aboutissement  des  enquêtes,  c’est  le  gouvernement  qui  risque de faire les  frais  de  la  bêtise  commise,  dont  les  commanditaires  et  les  auteurs  restent  encore  inconnus.  Ce  sont  toujours  des  reptiles   et  des  faucons qui se révèlent être  des  éléments d’une extrême dangerosité.

Ils  commettent  des  bévues  et  des  maladresses  qui  rejaillissent  sur  les  gouvernants.  Ceux  qui  montrent  de  la  répugnance  aux  interférences  étrangères  dans  le  cas  de  la  mort  du  leader  militant  de  « La  Voix  des  sans  voix »  ne  se  rendent  pas  compte  de ce  que  cela  sous-entend  pour  les  observateurs.  C’est  donner  l’impression  que  certaines  sphères  officielles  seraient  impliquées  dans  ce  crime,  d’où  l’on  ne  voudrait  pas  que  la  vérité  éclate  au  risque  de  les  éclabousser. Heureusement  qu’au  sommet  du  pouvoir  on  s’est  montré  disposé  à  laisser  des  experts  internationaux  venir  faire  leur  travail  librement,  sans  aucune  entrave.  Le  gouvernement  devrait  faire  très  attention  aux  propos  que  tiennent,  dans  cette  affaire  de la  mort du  militant  activiste  Chebeya,  ceux  qui  sont  généralement  considérés    par  l’opinion  comme  appartenant  à  la  coalition  au  pouvoir,  au  risque  de  faire  croire  que  leurs  prises  de  position seraient  cautionnées  par  les  décideurs politiques.  On  dirait  que  ce  sont  des  sous-marins  qui  agissent  de  l’intérieur  pour  décrédibiliser  le  pouvoir  et  saper  le  système.  Comment  peut-on  en  penser  autrement  quand  on voit  que  ces  ultras  ne  se sont  même pas  gênés  de  prendre  publiquement  le  contre-pied  de  la  position  du  sommet  de  l’Etat  dans  cette  affaire ?

Toutes  proportions  gardées,  cet  excès  de  zèle  est  semblable  à  celui  des  apparatchiks  du  régime  de  Mobutu  qu’on  voyait  rivaliser  de  déclarations  tirées  par  les  cheveux  pour  trouver  des  circonstances  atténuantes  à  propos  des  événements  du  Campus  de  Lubumbashi  ayant  à  l’époque  suscité  un  concert  de  protestations  à  l’échelle  internationale. Certains  survivants  de  ces  apparatchiks  se  sont d’un  coup  de  baguette  convertis au  kabilisme.  Il  n’y a  pas  d’autre  raison  d’évoquer  cela  que  l’opportunité  de souligner  le  rôle  néfaste  que  les  ultras  jouent  dans  tous  les  systèmes  politiques  où  ils  sont  infiltrés.

                   Jean  N’Saka  wa  N’Saka

LEAVE A REPLY

*