Le DG de Sonades aux arrêts

0
30

Après la vague d’arrestations qui s’est abattue sur plusieurs services de l’Etat et le ministère du Développement Rural, avec en tête de liste son numéro un, Philippe Undji, présentement en détention préventive à la Prison Centrale de Makala, la seconde phase de la Tolérance zéro vient de cibler les secteurs des travaux publics et de la douane. A en croire des sources bien informées, la nouvelle victime de cette opération « mains propres » s’appelle Mohamed Itani, Directeur Général de la SONADES.
 L’on apprend que cette entreprise de génie civil n’a pas exécuté les travaux d’électrification de la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu, pour laquelle son manager aurait reçu du trésor public congolais la bagatelle somme de 3.000.000 Usd (trois millions de dollars américains). Pourtant, selon les premières déclarations de Mohamed Itani, la caisse de sa société n’aurait enregistré que deux millions de dollars Usd.

Dans l’attente de l’approfondissement des investigations, des questions hantent les esprits. La première est celle de savoir pourquoi la Sonades, dont le responsable a reconnu avoir réceptionné des fonds de l’ordre de 2 millions Usd, n’a-t-elle rien fait. Que sont devenus les 2 millions de dollars  que le Directeur Général reconnaît avoir tout de même reçus ?

 La seconde question est celle de savoir par où serait passé le million de dollars porté manquant lors du transfert des fonds vers la Sonades. Si Mohamed Itani dit vrai, on devrait fixer l’opinion sur la destination prise par cette partie des fonds.

 La troisième question concerne les responsabilités de tous ceux qui sont intervenus dans ce dossier. La justice devrait dépoussiérer sérieusement le dossier pour connaître les conditions dans lequel ce marché avait été attribué à Sonades, les modalités de partage des commissions, la hauteur réelle des fonds publics détournés, l’identité de tous ceux qui auraient trempé dans ce qui parait comme un délit d’initiés.
 Car, de tradition, l’on sait que chaque kilomètre de route à construire ou à réhabiliter, à Kinshasa comme en provinces, permet à une flopée de criminels économiques de se taper des villas, de grosses cylindrées et de renflouer leurs comptes en banque. Pendant que des individus s’enrichissent sans cause, la capitale comme l’arrière-pays vivent dans un enclavement permanent, faute de voies praticables de circulation.

Les douaniers aussi…
 La Tolérance zéro a aussi touché le secteur de la douane, où l’on signale une série d’arrestations à Kin-Aéro. Ici, c’est une dame qui se trouve entre les mains de la justice, car présumée avoir favorisé une fraude fiscale au profit d’une société dont le label n’a pas été dévoilé. On laisse entendre que d’autres douaniers pourraient la rejoindre dans le box des prévenus, selon les premières données d’une enquête qui ne fait que commencer.
   Kimp

LEAVE A REPLY

*