Le développement des jeunes préoccupe les Etats membres

0
72

C’est sur la thématique « « La jeunesse à l’œuvre de construction d’un avenir stable et durable  que s’est déroulé du 9 au 10 février 2015 à Yaoundé (capitale du Cameroun) la première conférence des ministres de la Jeunesse du Commonwealth, région Afrique (AR-CYMM). Cette conférence qui s’est déroulée sous la présidence du Premier ministre camerounais, Philemon Yang, a examiné les progrès accomplis sur la base des recommandations de la 8e réunion des ministres de la Jeunesse du Commonwealth, fait le point sur les tendances actuelles du développement des jeunes dans la région, et identifié les stratégies et les priorités à adopter, en vue des mesures à prendre à l’avenir pour faire progresser l’autonomisation des jeunes dans le Commonwealth.

De retour de cette rencontre qui a permis également aux ministres de donner une contribution au programme mondial de développement de la jeunesse, Francine Muyumba, présidente de l’Union Panafricaine de la Jeunesse( UPJ) a indiqué que son adresse, le dimanche 8 février 2015, aux jeunes leaders du Commonwealth était un appel solennel à la lutte contre le terrorisme qui menace la stabilité du continent africain en ce moment.

A l’en croire, un des résultats positifs de cette session est l’encouragement des ministres du Commonwealth pour le partenariat des jeunes leaders du Commonwealth et l’UPJ afin de lutter  ensemble pour  la mise en œuvre de toutes les décisions prises au niveau de l’Union Africaine.
La session de Yaoundé a été l’occasion pour les ministres de la Jeunesse du Commonwealth,  région Afrique venus de 21 pays, de plancher sur la jeunesse dans le programme de développement post 2015, sur l’emploi, l’entrepreneuriat et la participation des jeunes à l’éducation civique. Pour sa part, le Premier ministre a précisé que, de telles initiatives éviteraient toutes les dérives observées chez les jeunes. Celles-ci sont parfois liées aux problèmes jeunes, notamment le chômage, le sous-emploi, le défaut de compétences, d’éducation appropriée, d’accès au capital, la non satisfaction de leurs besoins relatifs aux informations, services de santé, et la marginalisation qui conduit à l’extrémisme. Des difficultés qui sont plus accentuées dans les zones rurales.

Invitée du chef du gouvernement camerounais, la Congolaise a également participé, le 11 février 2015, à la cérémonie marquant le 49 e anniversaire de la fête nationale de la jeunesse. A la tête de sa délégation, Francine Muyumba s’est rendue au Conseil national de la jeunesse camerounaise pour une séance de travail avec les jeunes leaders à qui elle a demandé  de travailler main dans la main, sans tenir compte de leurs différences pour l’intérêt de l’Afrique en général.

Il convient de noter  qu’avant de se rendre au Cameroun, la présidente de l’UPJ a séjourné au Kenya, où elle a présidé la 3e réunion de la plate-forme des jeunes Afrique Europe, au cours de laquelle elle a appelé  à la révision du partenariat et de la coopération entre jeunes de ces  deux continents.
Tshieke Bukasa