Le dépôt d’armes du camp Kokolo renforcé

0
36

Le colonel Aimé Mbiabo, chef d’Etat-major adjoint des forces terrestres et chef de l’administration et logistique, a conjointement présidé avec son homologue de l’Eusec, Luc Charles, à l’inauguration du dépôt d’armes et de munitions des Force Terrestre des FARDC, hier mardi le 22 novembre 2011 au camp Kokolo. Ce dépôt, souligne-t-on, permet de mieux stocker, maintenir et séparer des armes et des munitions tout en respectant les normes nationales et internationales de sécurité.

Réalisé en étroite collaboration entre l’Etat-major Logistique et l’Etat-major de Force Terrestre des FARDC, ainsi que la mission de Conseil et d’assistance de l’Union Européenne en matière de réforme du secteur de la sécurité dans le domaine de la défense (EUSEC-RDC), ce dépôt est le premier d’être reconstruit suite à l’établissement d’une table ronde sur la sécurité physique et la gestion des stocks des armes et des munitions des FARDC en mai 2011. Son coût, a précisé le colonel Luc Charles, est évalué à la hauteur de près de 10.000 Euros, alors que les travaux ont été réalisés par un entrepreneur local basé à Kinshasa et financé par la mission EUSEC RD Congo.

Ce mécanisme de coordination, rappelons-le, fonctionne sous l’égide de la Commission Nationale de Contrôle des Armes Légères et de Petit Calibre (CNC-ALPC) dont le secrétaire permanent, José Ikongo, a pris part à la cérémonie.
Initié par la mission EUSEC RD Congo avec l’appui technique de plusieurs partenaires nationaux et internationaux, cette réunion fondatrice a permis aux FARDC d’identifier des priorités géographiques dans ce domaine, dont Kinshasa et surtout le Camp Kokolo sont les premiers.
Somme toute, il faut préciser que la réhabilitation des dépôts d’armes et de munition ne constitue qu’un composant dans la coopération entre les FARDC et EUSEC RC Congo pour améliorer la sécurité physique et la gestion des stocks des FARDC.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*