Le CSAC et CENI au front pour prévenir des dérapages

0
38

CsacTBEn partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer (FKA), le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC)  organise depuis hier mercredi 2 septembre 2015 au Cepas, dans la commune de la Gombe, un atelier d’information sur la campagne électorale dans les médias. 

Revenant sur les grandes lignes de la directive de l’instance de régulation, le prof. Jean-Chrétien Ekambo a souligné que la présence du rapporteur de la CENI au Cepas avait une signification particulière, dans la mesure où le législateur rend obligatoire la collaboration entre le CSAC et la CENI. Il a rappelé que les deux institutions sont appelées à garantir l’accès équitable des candidats aux médias publics en période électorale. Ekambo Duasenge a indiqué que les médias publics ont l’obligation de traiter de manière équitable tous les candidats qui sollicitent leur concours. La presse privée, quant à elle, est appelée à ouvrir ses colonnes à tous les courants d’opinion.

Embrayant sur le chapitre des sanctions, il a précisé que la suspension et l’embargo sont les mesures disciplinaires retenues contre les médias jugés coupables de dérapages. Il s’est attardé ensuite sur le volet des interdictions. Dans le lot, il a évoqué la manière dont doivent se comporter les propagandistes des partis politiques, la nécessité pour les médias privés de présenter au préalable au CSAC leurs grilles spéciales….

Le prof. Ekambo a fait savoir aussi les célébrités religieuses, musicales, sportives et autres n’ont pas le droit d’afficher publiquement leurs choix politiques.

Le rapporteur de la CENI a évoqué, dans son intervention, le phénomène de la « campagne électorale précoce » et d’autres problèmes délicats qui se posent pendant la campagne électorale. Jean-Pierre Kalamba a soulevé les questions suivantes : quelle attitude afficher devant des candidats propriétaires des médias ? Comment agir devant le phénomène de campagne électorale précoce ?

Ces questions, a-t-il souligné, nous interpellent et nous devons y trouver des réponses ».

Chantal Kanyimbo a indiqué que depuis la publication du calendrier global de la CENI, le CSAC s’attèle à encadrer les médias pour que les journalistes contribuent de manière positive à la réussite du processus électoral en cours en RDC. La rapporteuse du CSAC a rappelé à cette occasion les textes réglementaires qui garantissent la neutralité des médias.

Tito Ndombi, président du CSAC, a de son côté fait ressortir l’importance de l’atelier de ce mois de septembre. L’un des objectifs de cet atelier, a-t-il martelé, est de transformer les médias en outils de paix, en garanties supplémentaires pour des élections apaisées.

La représentante de la FKA, Nzege, a expliqué longuement à l’assistance ce que la société congolaise attend des chevaliers de la plume, qui doivent cultiver l’humilité et avoir le courage de faire des rectificatifs lorsqu’ils se rendent compte qu’ils se sont trompés.

Elle a insisté sur le fait que l’Etat doit garantir à son tour l’indépendance des médias, même s’il leur alloue des subsides.

Après la série des communications ainsi que les débats qu’elles ont suscités, les participants, pour la plupart des journalistes, se sont répartis en groupes de travail. La clôture des travaux est prévue cet après-midi.

 Jean- Pierre Nkutu