Le contrôle du poids pendant la grossesse profite à la mère et à l’enfant

0
113

c823bb850fd6969f16156c67d79b0490uniqueidcmcimage1Pendant la grossesse, la prise de poids d’une femme enceinte doit être la plus régulière possible et augmenter progressivement jusqu’à l’arrivée du bébé. Mais beaucoup des femmes enceintes ont tendance à ignorer cette règle aussi importante qui favorise la bonne croissance du fœtus. Pour en savoir plus, Le Phare s’est entretenu avec le docteur Antoine Mbazi, gynécologue en formation, qui a fait savoir que le nombre de kilos supplémentaires dépend du poids d’avant la grossesse. 

Dans son explication, il affirme que pendant le premier trimestre de  grossesse, il est conseillé de gagner un kilo par mois maximum. Mais cette prise du poids peut être moindre ou nulle chez les futures mamans qui souffrent des nausées et des vomissements sévères. Si ces troubles sont trop importants, un traitement médical voire une hospitalisation peuvent être nécessaires.

Au deuxième trimestre, la prise de poids peut passer à 1.5 Kg par mois. Et durant le troisième trimestre qui est aussi le dernier, les besoins du bébé montent en flèche. Dans ce cas, si la femme enceinte a plus d’appétit, la prise de poids autorisée est alors de 2 Kg par mois, renseigne le docteur.

 Le médecin a précisé que la prise de poids conseillée n’est pas la même pour toutes les futures mamans. « Une femme mince devra prendre plus de poids qu’une femme ronde ou obèse, afin de constituer des réserves en graisse et en protéines qui lui font défaut», a-t-il précisé.

Selon lui, pour connaître sa prise de poids idéale, il faut calculer son IMC (Indice de Masse Corporelle), en tout début de grossesse. Cela permettra d’obtenir la valeur correspondante en divisant son poids (en Kg) par la taille au carré (en mètre). « A titre d’exemple, une femme enceinte pèse 57 kg pour 1.65 m. Son IMC est de 57/1.652 = 20.9.

En ce qui concerne la répartition des kilos pendant la grossesse, Antoine Mbazi explique que pour une prise de poids totale comprise entre 12 et 13 kg, on estime que 4.5 kg correspondent au poids du bébé, du placenta et du liquide amniotique. Et les réserves de graisse corporelle équivalent à 4 kg. L’augmentation du volume sanguin et la rétention d’eau, poursuit-il, s’élèvent à 2.4 kg. L’augmentation du volume des seins et de l’utérus est de 1.5 kg.

         Concernant les risques d’un excédent de poids pour une femme enceinte,  il renseigne qu’une forte prise de poids peut se traduire par l’hypertension artérielle, un diabète gestationnel. En plus, souligne-t-il, un bébé plus gros que la moyenne peut compliquer l’accouchement, notamment en obligeant à faire une césarienne. Il précise que les kilos en trop, difficiles à perdre, ne sont pas forcement bons pour le moral. Dans ce cas, Antoine Mbazi conseille de consulter un gynécologue ou une sage-femme qui va orienter la patiente vers une diététicienne.

         Hormis cela, certaines femmes qui ne s’alimentent pas suffisamment pendant leur grossesse. « Le risque est que leur enfant naisse petit et fragile. Et qu’elles développent des carences car, quoi qu’il arrive, le bébé puise tout ce dont il a besoin dans les réserves de sa mère. D’où la nécessité d’en parler à son médecin ».

Perside DIAWAKU et Myriam Iragi

LEAVE A REPLY

*