Le Conseil national du travail en session ordinaire

0
51

 

Le Vice-Premier ministre et ministre du Budget, Daniel Mukoko Samba, a présidé, hier lundi 19 novembre 2012 dans la salle de conférences internationales des Affaires étrangères,  la cérémonie d’ouverture de la 30ème session ordinaire du Conseil National du Travail. Consacrée essentiellement à la réforme de la sécurité sociale et à la modification de certains articles du Code du travail, ce forum vise aussi la réunification en un seul Projet de loi, tous les régimes de sécurité sociale de notre pays afin de répondre au défi de la mondialisation.

Exhortant les participants à ces assises à  plus d’assiduité afin de produire un texte riche et capable de couvrir tous les aspects du monde de travail, le Vice-premier ministre leur a d’ores et déjà garanti l’appui du gouvernement de la République qui « poursuit inlassablement des efforts pour la prise en compte des aspirations des partenaires sociaux ».

Principal partenaire de l’Exécutif, l’intersyndicale nationale du Congo (UNTC, CSC, OTUC, Solidarité, FOSYCO, ACTIONS, FGTK, SOPA, etc.) a aussi levé la voix, à travers son président Symphorien Dunia Mutimanwa Lubula, pour demander l’inscription à l’ordre du jour des points non programmés tels que le réajustement du SMIG du fait de l’effritement du pouvoir d’achat de la masse laborieuse, la réhabilitation du Cadre Permanent du Dialogue Social « CPDS », etc.

En même temps, l’Intersyndicale a tenu à rappeler que le Conseil National du Travail avait déjà pris de nombreuses mesures au cours des sessions antérieures qui n’ont pas encore connu un début d’exécution. Dans le lot, il y a la mise en œuvre de la Commission National de suivi et d’évaluation de l’application du SMIG ; la mise en place des tribunaux du travail ; la mise en œuvre de la politique nationale de la création d’emplois ; la mise à jour de la politique nationale des salaires ; la mise en œuvre des mesures relatives aux allégements fiscaux et la réduction des impôts professionnels sur les rémunérations ; etc. 

 Pas de sujets tabous !

En guise de réponse à ces préoccupations des syndicalistes, le ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance sociale, Modeste Bahati Lukwebo, a clamé tout haut qu’il n’y aura aucun sujet tabou durant ces assises qui vont permettre d’examiner et d’adopter le Projet de Loi portant Code de Sécurité Sociale. Des questions diverses ayant été inscrites comme deuxième point à l’ordre du jour, le ministre a néanmoins fait noter que le temps imparti est minime pour cette tâche ardue.

Comptant ainsi sur la diligence des participants pour l’adoption de ce projet de Loi, le ministre a rassuré que cela ne prendra pas beaucoup de temps à l’Assemblée nationale et au Sénat pour enfin sa promulgation par le Président de la République.

Il convient de souligner que ces travaux vont se dérouler durant 4 jours pour se clôturer le 22 novembre prochain avec l’appui financier du Comité de Pilotage de la Reforme des entreprises Publiques (Copirep). La RD Congo qui est membre de l’organisation Internationale du Travail(OIT) applique jusqu’à ce jour un système obsolète caractérisé, entre autres, par plusieurs réglementations pour autant des régimes ; l’inefficacité de la protection sociale ; la pauvreté de l’action et de l’aide sociale ; l’absence d’une couverture des soins de santé ; etc.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*