Le Congo profond réclame le changement

0
26

Le plébiscite que le président national de l’UDPS vient de  récolter à Lubumbashi,  Kasumbalesa, Kipushi et Kolwezi, lors de son récent périple au Katanga, est interprété par de nombreux analystes de la vie politique congolaise, comme d’abord le témoignage de la confiance que la population katangaise, toutes tendances confondues, a voulu exprimer à l’égard d’Etienne Tshisekedi, pour son idéal politique caractérisé par la démocratie par la voie de la non violence. Pour ces observateurs, après les épisodes tragiques de guerres de rébellion et des conflits armés qui ont endeuillé depuis 1998, l’Est de la république et détruit la plupart de nos infrastructures de base, le sphynx de Limete n’a pas opté pour la lutte armée, ni pour la rébellion, malgré les pressions de certains de ses combattants. Il a toujours privilégié la voie de la négociation et prôné les vertus du dialogue.

Au Dialogue intercongolais organisé en Afrique du Sud, ces analystes rappellent qu’il était à la tête d’une importante délégation de son parti, dans l’espoir d’arracher le difficile retour à la paix avec la liquidation des mouvements politico-militaires et des groupes armés. De ces négociations, on a obtenu la signature de l’Accord global et inclusif, en dépit des tergiversations de certains belligérants. On sait ce que le président national de l’UDPS a engrangé comme dividendes politiques : l’exclusion lors du partage de gâteau entre les belligérants. La célèbre formule magique de 1 + 4 a consacré la prime à la guerre.

Pourtant, dans toutes les négociations politiques amorcées à l’époque, les principes de la consensualité et de l’inclusivité devaient être de mise pour éviter les frustrations qui ont été à la base de guerres de rébellion.

 

Une frange importante de la population congolaise qui se reconnaît dans son combat, a dès lors souffert comme lui dans sa chair et dans son esprit, de l’exclusion lui infligée par les mouvements politico-militaires de l’époque. La chaleur particulière de l’accueil lui réservé au début de ce mois au Katanga, ainsi que les scènes de liesse populaire observées tout au long de son imposant cortège dans les villes visitées, démontrent l’attachement de la population à la paix et à la sécurité qu’il incarne à travers le changement qu’il ne cesse de prôner. La seconde explication de l’enthousiasme débordant de la population katangaise à l’égard d’Etienne Tshisekedi réside dans son discours de changement, un changement dans la gouvernance politique et économique.
Dans l’expression de leurs sentiments auprès des médias, quelques citoyens n’ont pas manqué de dire à l’unanimité qu’ils soutenaient Etienne Tshisekedi pour obtenir le changement tant rêvé.

Le président national de l’UDPS, notent ces analystes politiques, est cet animal rare dans la faune politique congolaise qui bannit la démagogie, préférant prêcher par les actes et toujours prompt à honorer ses promesses de campagne. Le peuple congolais longtemps acculé à la misère, malgré les potentialités immenses dont regorge notre pays, attend le changement. Un véritable changement qui doit affecter tous les secteurs de la vie nationale et qui aboutira à force, de l’application des lois de la république, à son mieux-être. Avec Tshisekedi aux affaires, la population sait que les jours  des trafiquants de tous bords et autres criminels économiques, sont comptés. En effet, sous son règne, la justice qui doit restaurer l’exercice de la démocratie, le respect des droits de l’homme, rassurer les justiciables, ainsi que les investisseurs étrangers, pourra enfin, implanter ses racines sur le sol congolais.

Pour les analystes politiques, le changement que prône le président national de l’UDPS vise également la lutte contre la corruption qui ne favorise pas l’amélioration du climat des affaires, la guerre contre les détournements des deniers publics et la gabegie financière.
Pour avoir fait preuve en son temps, des assurances de fermeté au pouvoir quand il s’agit de lutter contre l’impunité, le sphynx de Limete donne des signes encourageants d’un autre leadership à la tête de notre pays.

D’où la population katangaise se sent en droit d’exiger l’alternance dans la gestion de la RDC dont l’image extérieure est ternie par les pillages de ressources naturelles, les vols et les viols massifs des femmes et des enfants à l’Est. Les habitants des villes de Lubumbashi, Kipushi, Kolwezi, Likasi et Kasumbalesa ont prouvé leur maturité en faisant échec à toutes les tentatives de manipulation et d’intoxication dont ils ont été l’objet, avant et pendant le séjour katangais d’Etienne Tshisekedi.
Aux prochaines élections, la population du Katanga entend jouir de toutes ses prérogatives de souverain primaire, pour distribuer de bons et mauvais points à la classe politique congolaise. Le déplacement de Tshisekedi au Katanga montre bel et bien, de quel côté se penche la balance, et les indicateurs de vrais sondages.

 J.R.T.

 

LEAVE A REPLY

*