Le Comité de gestion de l’OEBK encouragé et félicité par Laure-Marie Kawanda Kayena, ministre des Transports et Voies de Communication

0
72

« Oeuvre de tant de jours en un jour récompensée ». Ce vers de Pierre Corneille, écrivain français, extrait de la pièce « Le Cid » s’applique aux efforts combien inlassables que le Comité de Gestion de l’Oebk consent depuis que Oscar-Muller Luthelo Nyudi est à sa tête. La Ministre des Transports et Voies de Communication, Laure-Marie Kawanda Kayena a pu constater ce qui se réalise. Elle n’a pas mis sa langue en poche pour exprimer son satisfecit. Elle est venue dernièrement à Matadi pour procéder à l’inauguration de la barrière électronique du Pont Maréchal, ouvrage que l’Oebk offre grâce au courageux Comité de Direction et au dynamisme de son personnel.

Elle a exprimé son encouragement personnel en assurant au Comité de Gestion le soutien institutionnel du gouvernement de la république concernant toute innovation qui contribue non seulement à la réalisation de cinq chantiers de la Nation mais aussi crée l’emploi en ce cycle du social sans préjudice du renforcement du Trésor Public. Ainsi la trilogie innovation-emploi-redistribution est porteuse de la paix sociale et du bien-être populaire comme le veut le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange qu’accompagne en cela l’ensemble de l’Exécutif sous l’œil vigilant de la représentation nationale.

L’Oebk (Organisation pour l’Equipement Kinshasa-Banana) prouve par ce nouvel outil de travail sa détermination à maîtriser non seulement l’évolution technologique et mais surtout ses recettes qui contribuent à l’épanouissement du Ministère. Elle en a salué l’initiative et veillera à sa bonne exploitation. Car, une réalisation en appelle toujours une autre, créatrice d’emplois et donc gage de la paix sociale. Après le Japon pour sa construction, la Serbie en parfaite coopération avec la République Démocratique du Congo pour la gestion du Pont Maréchal. Elle a saisi l’occasion pour exprimer le gratitude des Congolais à ces deux peuples  qui indiquent que l’amitié entre les Nations peut exister dans une relation où tout le monde gagne.

L’inauguration de la barrière électronique du pont Maréchal a trois objectifs : d’abord, un devoir culturel, autrement dit le plaidoyer pour le réveil du secteur touristique chez nous : dans le monde, de nombreux Etats en vivent. La merveilleuse image de ce Pont, premier du genre chez nous, devrait être vendue pour y attirer des touristes, l’écho de l’hospitalité de cette province ayant déjà précédé notre action et traversé les océans et les mers. Avec la culture se consolident la paix et l’unité par le brassage des populations. Et très bientôt, le Pont Maréchal symbolisera davantage l’unité de nos Provinces puisque son exploitation sera reconfigurée en perspective de la réalisation du projet de la construction du Port en eaux profondes de Banana qui y permettra une intense circulation entre le reste du Congo et l’heureux site. Puis, un devoir de sécurisation de notre espace vital : en effet, la barrière électronique offre une plus grande sûreté pour la traçabilité de la migration que cette mobilité aisée favorisera grâce au Pont. Enfin, un devoir de civisme et de patriotisme : en effet, payer sa taxe/facture avec la certitude de sa justesse et de son utilité est une contribution à l’effort de la reconstruction nationale. En outre, ce devoir garantit la réduction de l’évasion des revenus du péage et, par l’effet du renflouement de la caisse Oebk, permet de nombreuses prises en charge sociales par de nouveaux emplois ou de meilleurs salaires et, donc, par l’accroissement de la richesse nationale.

Elle a recommandé au personnel de l’Oebk un bon usage de ce matériel. Et sous l’assistance des Autorités locales toujours bons gestionnaires, ce même effort sera objectivement exigé des visiteurs et autres usagers qui contribueront ainsi, suivant les conditions établies, à la maintenance de cette voie d’accès dont le Ministère est fier. Voilà ce qui est attendu de chacun d’entre nous. Est-ce trop cher payer que ce prix que nous exige la reconstruction de notre chère Patrie? a conclu la Ministre Laure-Marie Kawanda Kayena, en charge des Transports et Voies de Communication.

 

LEAVE A REPLY

*