Le CNONGD exhumé

0
55

Après une longue traversée du désert, les animateurs du Conseil
national des organisations non gouvernementales de développement du
Congo(CNONGD) ont présenté, le vendredi 16 juin 2017 au siège de la
structure à Mombele/Limete, la nouvelle stratégie de redynamisation de
leur association. Au cœur de cette vision, a annoncé son secrétaire
général ad intérim, Rigo Gene, c’est l’organisation prochaine de la
première « Journée Nationale d’Engagement Politique »(JNEP).

Espace de dialogue, de réflexion et d’analyse des processus
sociopolitiques engagés dans le pays, l’objectif de cette journée, a
précisé Rigo Gene, est d’amener les organisations de la société
civile(OSC) de la RDC à prendre une position concertée sur la
préoccupante question de la tenue des élections en décembre 2017. « Il
sera question d’engager concrètement et fermement le pays dans la voie
de l’alternance démocratique en vue de l’alternative gouvernementale…
» a-t-il appuyé, en ajoutant que cette activité périodique est une
construction d’un plaidoyer social fort à l’intention des décideurs
politiques nationaux et étrangers.

Concrètement, a dévoilé le numéro 1 du CNONGD, la JNEP va procéder
par l’exécution de 6 étapes, notamment, l’analyse par un noyau
stratégique ; la mobilisation des idées et des énergies ; l’animation
participative de l’espace d’analyse et de propositions des
alternatives ; la communication et la sensibilisation ; la mise en
place d’une cellule de relation avec les ministères ; et, enfin, la
séance d’évaluation participative et de redéfinition de l’action.

Interrogé sur les raisons de cette longue léthargie, Rigo Gene a
expliqué que le CNONGD a vu son rôle de coupole des mouvements
associatifs congolais s’effriter d’année en année à cause de la
concurrence, parfois déloyale, lui menée par des réseaux nés de ses
entrailles. « Parmi ses membres, il s’en est trouvé ceux qui ont
ambitionné de récupérer le rôle de la ‘mère devenue fébrile et
incapable d’allaiter’. Ce qui semble évident, la nature ayant horreur
du vide ».
Dans le lot des conséquences de cet affaiblissement du rôle du
CNONGD, il cite, entre autres, l’auto émiettement de la Société civile
congolaise ; l’émergence des leaderships anarchiques et pharaoniques,
parfois en concurrence entr’eux, ne jouant véritablement pas le rôle
d’interface des OSC ; la disparition du Contrôle Citoyen de l’Action
Publique(CCAP) ; le recul de la gouvernance démocratique et le retour
progressif du règne de la dictature dans le pays ; la dégradation des
conditions de vie des citoyens ; les remous sociaux et les violences ;
etc.

Face à cette situation, le CNONGD entend, grâce au changement
intervenu en son sein depuis janvier 2017, récupérer et jouer son rôle
fédérateur des structures de la société civile encore crédibles,
opérationnelles et imbues des valeurs comme des principes de
démocratie associative. « Nous ne voulons plus regarder faire les
politiques dont l’action ne donne comme résultats que la paupérisation
des citoyens, l’évolution en dents de scie de tous les processus
enclenchés et qui restent sans lendemain (électoral, décentralisation,
pacification et autres réformes institutionnelles,…Nous refusons de
pécher par omission. Nous devons agir ! », a conclu le SG Gene.
Myriam Iragi