Le Brésil bientôt à la rescousse de l’INPP

0
22

Le Brésil compte bientôt apporter sa pierre de contribution à l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) dans le domaine de la formation  professionnelle. C’est qu’il convient de retenir de la visite effectuée jeudi 29 juillet 2010, par l’ambassadeur du Brésil en République démocratique du Congo, Ricardo Carva, au siège de cet institut.

            Sous la houlette de l’Adg de l’INPP, Maurice Tshikuya, entouré, pour la circonstance, de son Adt Paul Nkongolo,  Ricardo Carva a visité à tour de rôle les ateliers Electricité, Electronique, Froid, Maçonnerie, Mécanique générale, Mécanique automobile, Informatique, Hôtellerie, Coupe et Couture, Esthétique et Coiffure.  

            Se confiant à la presse, à la fin de la visite guidée, le diplomate brésilien s’est déclaré très impressionné par l’organisation et le travail abattu par l’INPP dans la promotion et l’encadrement de la jeunesse congolaise. Ce qui l’a motivé de plus bel à s’impliquer pour que son pays puisse voler à la rescousse de cet institut.

            Dans son intervention ponctuée d’humours, le diplomate brésilien a mis un accent particulier sur la tolérance et l’acceptation de l’autre dans toute entreprise de développement. Le Brésil, a-t-il rappelé, tient beaucoup à la coopération Sus-Sud, notamment avec l’Afrique. Le président Lula, a-t-il souligné, fait du renforcement de cette coopération Sud-Sud son cheval de bataille. Ainsi donc, sa présence à l’INPP a pour objectif principal de jeter les bases d’une coopération active entre son pays et cet institut professionnel. « A mon départ prochain pour le Brésil, je ferai mon rapport au ministre des Affaires Etrangères et pèserai de tout mon poids pour que le dossier INPP puisse passer dans le cadre de la coopération », a promis l’ambassadeur Ricardo Carva à la communauté de l’INPP. Doté des institutions ayant plus de cent ans d’expérience, le Brésil, a-t-il souligné, possède une tradition dans la formation professionnelle. 

            L’Adg Maurice Tshikuya a réitéré son appel, mieux l’appel de son institut sur l’implication personnelle de l’ambassadeur Ricardo Carva pour que l’INPP puisse s’ouvrir à l’expérience brésilienne pour l’encadrement de la jeunesse et la création des emplois. La formation professionnelle, convient-il de retenir, a permis au pays du roi Pele de créer entre six et sept millions d’emplois. 

Michel  LUKA

LEAVE A REPLY

*