Le bilan de la rougeole s’alourdit : 233 morts

0
51

Le Programme Elargi de Vaccination (PEV) de la République démocratique du Congo, un organe technique placé sous la tutelle du ministère de la Santé Publique, vient de communiquer au Journal Le Phare, la situation actualisée de l’épidémie de rougeole qui frappe plusieurs provinces depuis le 22 juin 2015. Selon le Dr Calixte Shidi, spécialiste de la rougeole au PEV, la situation reste préoccupante. Le nombre des enfants touchés, qui s’élevait à environ 15.000 il y a une semaine, est passé à 19.108. S’agissant des décès, le bilan s’est également alourdi, passant de 198 à 233. Enfin, 29 zones de santé sont touchées par cette épidémie déclarée depuis le mois de janvier 2015.

 

Dr Calixte Shidi a aussi signalé que hormis les six provinces frappées au départ par cette épidémie de rougeole, à savoir le Kongo Central, le Bandundu, l’Equateur, le Katanga, le Nord-Kivu et le Sud-Kivu, une septième vient d’allonger la liste. Il s’agit de la province du Maniema, et plus précisément du territoire de Kasongo.

A en croire la même source, il n’y aurait pas de raison de s’agiter au sujet de la situation de l’Equateur et de la Province Orientale car les deux entités territoriales bénéficient d’une couverture sanitaire et immunitaire collective assez solide, malgré l’afflux des réfugiés centrafricains qu’elles enregistrent depuis plusieurs années.

Dr Calixte Shidi a indiqué que le ministère de la Santé Publique a opté pour la stratégie de surveillance et  d’investigation concernant tous les cas de rougeole déclarés. Dès qu’une alerte est donnée, un prélèvement sanguin est automatiquement ordonné et effectué sur les suspects. Par la suite, les échantillons sont acheminés d’urgence à l’INRB (Institut National de Recherche Biomédicale) pour des examens appropriés. Cela permet au ministère de la Santé Publique de cibler, dans le meilleur délai, les zones de santé touchées par l’épidémie de rougeole et de prendre des dispositions sanitaires requises pour la riposte.

Il y a lieu de relever est que l’accroissement du nombre des sujets atteints et du bilan des morts sont des signes indicateurs du pic que présente la rougeole dans les sept provinces où elle sévit. C’est une lampe-témoin à prendre fort au sérieux si l’on ne veut pas connaître une progression plus dangereuse de cette épidémie dans les jours ou semaines à venir. Il serait bon que les autorités sanitaires tant nationales que provinciales ainsi que les partenaires du secteur de la santé se mobilisent davantage pour lutter contre une « ennemie » visiblement déterminée à faire plus de dégâts au sein de la population enfantine congolaise.

Il faudrait rappeler que dans son édition n° 5097 du mercredi 17 juin 2015, Le Phare avait fait état d’un bilan de 200 morts (198 exactement), de 15.851 personnes atteintes par cette épidémie ainsi que de 24 zones de santé touchées sur les 516 que compte la RDC.

En outre, il était signalé dans ce même numéro les zones de santé où la riposte était déjà lancée, notamment Gungu, Abuzi, Malemba-Nkulu, Kinkondja, Nyunzu, Kahele, Bunyakiri. On peut ajouter, sur cette liste, la zone de santé de Kasongo au Maniema.

Melba Muzola