Le BCECO a soufflé sur ses 13 bougies

0
41

Le directeur général intérimaire du Bureau central de coordination (BCECO), Théophile MatondoBungu, a saisi l’occasion de la célébration de l’an 13 de cette structure chargée de gérer les projets et programmes gouvernementaux sur financement propre ou des bailleurs de fonds, pour faire l’inventaire de ses réalisations en date du vendredi 8 août 2014,

            Il en ressort, selon lui, que le bilan est « satisfaisant au regard des réalisations des projets et de la qualité d’ouvrages qui s’en est suivie ». Il a, pour ce faire, fixé l’opinion sur les précédentes réalisations de BCECO, et celles en cours d’exécution. Il s’agit, par exemple, de la réhabilitation de la nationale n°1, tronçon compris entre Mbanza-Ngungu et pont Ponzo (province du Bas-Congo), des Universités de Kinshasa, Kisangani et Bukavu. La construction et la réhabilitation des hôpitaux  de référence et centres de santé sur toute l’étendue de la RDC, sont également parmi les réalisations à mettre à l’actif de BCECO, selon Théophile Matondo, sans oublier la construction de l’Université de Kindu, du  guichet unique du poste douanier de Kasumbalesa, etc.

            A l’heure actuelle, le BCECO coordonne la réalisation d’un projet très important, à savoir la construction d’un immeuble sur le boulevard du 30 juin, lequel va abriter le siège du gouvernement. En même temps, il supervise aussi le projet de construction de 1 000 écoles, dont près de 500 sont déjà en cours de construction. Elles seront livrées, à en croire  Théophile Matondo, au mois de septembre prochain. Cela, dans l’idée de permettre aux élèves d’effectuer la rentrée scolaire dans de nouveaux bâtiments.

            Les 500 autres seront disponibles, selon la même source, au début de l’année prochaine.  Sur le plan de l’emploi, le BCECO s’occupe également du recrutement des jeunes diplômés.

            Toujours dans le cadre de la coordination de projets, l’expertise de BCECO est sollicitée dans le volet électricité du grand projet du parc agro-alimentaire de Bukanga-Lonzo, dans la province du Bandundu.

            Content du travail abattu par sa structure pendant 13 ans, Théophile Matondo a, pour l’avenir, promis de ramener le BCECO au rang d’un véritable bureau d’envergure internationale au service du gouvernement congolais. C’est à ce titre que le n°1 de BCECO projette l’organisation d’une série de séminaires de réflexion portant sur la révisitation  des valeurs. Beaucoup de défis restent encore à relever dans l’exécution de projets, notamment  l’absence d’agences bancaires dans certains coins du pays, ce qui ralentit par moment les travaux. Toutefois, a conclu Théophile MatondoBungu, «aucun projet initié par le BCECO, n’a été abandonné ».

            Il convient de rappeler que le BCECO a été créé en date du 8 août 2001 par décret présidentiel.

TshiekeBukasa

LEAVE A REPLY

*