L’Avocat maintient la pression

0
26

La condamnation, le lundi 11 octobre 2010, de la République Démocratique du Congo, par le Tribunal de 1ère Instance de Bruxelles, à la restitution du corps d’Armand Tungulu à sa famille, dans les 48 heures, et au paiement d’une pénalité de 25.000 Euros par jour de retard, a fait l’effet d’une bombe à Kinshasa. L’avocat de la famille Tungulu, Me Jean-Claude Ndjakanyi, a encore donné de la voix sur les antennes de RFI (Radio France Internationale) dans ses livraisons de la matinée d’hier mercredi 13 octobre 2010. Interrogé sur l’opportunité de sa requête formulée auprès du Tribunal de 1ère Instance de Bruxelles au sujet de la dépouille mortelle de feu Armand Tungulu, il a martelé que le précité étant décédé en tant que citoyen libre, sa famille (épouse et enfants), qui réside en Belgique, a le droit d’entrer en possession de son cadavre. D’où l’obligation, pour le gouvernement congolais, de le rapatrier en territoire belge.

            Selon le même homme de droit, la saisine de la justice belge se justifie par le mutisme des autorités congolaises face aux demandes répétées de la famille de Tungulu de se faire remettre son corps, après l’annonce, le samedi 02 octobre  2010, de sa mort par suicide, dans un cachot de la Garde Républicaine.

            Commentant la rétention de la dépouille mortelle de feu Armand Tungulu à Kinshasa depuis deux semaines, Me Jean-Claude Ndjakanyi soupçonne son inhumation précipitée et clandestine, sans l’autorisation de sa famille. Il estime par ailleurs que l’obstruction faite à la démarche de l’épouse de Tungulu visant la récupération le cadavre de son mari s’expliquerait par le mauvais état dans lequel se trouverait celui-ci, après les traitements inhumains et dégradants subis à l’amigo de la Garde Républicaine.

Kimp.

LEAVE A REPLY

*