L’avion de Moïse Katumbi interdit de vol en RD Congo

0
1136

moiseKatumbiL’ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, n’a pas pu regagner son pays,  la République Démocratique du Congo, ni le mercredi 27 juillet en compagnie d’Etienne Tshisekedi, ni hier dimanche 30 juillet à l’occasion du meeting de l’Opposition programmé à l’esplanade comprise entre le boulevard Triomphal et l’avenue de l’Enseignement. Dans un communiqué de presse, Moïse Katumbi dénonce ce qu’il considère comme une entrave illégale,  qui reflète l’état des libertés fondamentales en RDC.

Le candidat de G7 et de l’AR à la présidentielle a rendu hommage à la population congolaise pour sa mobilisation exceptionnelle au meeting du « Rassemblement », le dimanche 31 juillet 2016, pour réclamer le respect de la Constitution, exiger la première alternance démocratique au pays et dire non aux dérives totalitaires du pouvoir en place.

Il a insisté sur les trois messages délivrés par son chef de file, Etienne Tshisekedi, dans son meeting, à savoir :
-Le préavis de trois mois accordé au président Kabila (19 septembre-19 décembre 2016) ;
-le dialogue politique conformément à la Résolution 2277;
-l’appel au peuple congolais, seul détenteur du pouvoir à se prendre en charge.

Dans un autre registre, le président du Tout Puissant Mazembe a déploré l’acharnement politico-judiciaire du pouvoir en place sur sa personne. « Le pouvoir me menace d’arrestation pour un crime que je n’ai pas commis, pour lequel j’ai été condamné par une justice
instrumentalisée », a-t-il déclaré, avant d’ajouter que « loin de l’affaiblir, ces basses manœuvres le renforcent dans son combat pacifique pour l’instauration d’un Etat de droit en RDC ».

Moïse Katumbi a souligné que « la mobilisation historique du 31 juillet 2016 fait garder l’espoir de voir bientôt une RD Congo meilleure, plus juste et plus démocratique ».
« L’autoritarisme et l’incompétence ne prendront pas racine dans notre pays », a lâché le ticket gagnant du G7 et de l’AR à la présidentiellede 2016.
ERIC WEMBA