L’aventure des Enyele à Mbandaka

0
60

Un avant-goût amer du départ de la Monuc

Lundi 05  et  mardi  06  avril,  tous les journaux  paraissant  à  Kinshasa  annonçaient   l’entrée  des  Enyele  à  Mbandaka  et  toutes les  péripéties  de  cette  aventure.  En un clin  d’œil  et  presque   sans  coup  férir, ils  ont  pris  possession  des  endroits stratégiques  tels  que  le  port  de  Mbandaka  et  l’aéroport,  jusqu’au  gouvernorat  et  au  siège  de l’assemblée  provinciale.  La  récupération  de  certains  de  ces  endroits  grâce  à  la  main-forte  prêtée  par  la  Monuc  aux  Fardc,  n’a  pas  été  une  mince  affaire.  Il  y  a  eu  de  nombreuses victimes  dont  3  de  la  Monuc  comprenant  un Casque  bleu  ghanéen, un pilote  sud-africain  et  un  contractuel ;  4 des  Fardc ;  2  de  la  Police  nationale ;  9  insurgés ;  sans  compter des  civils.  Qu’il  y  ait  des  victimes  dans  les  rangs   des  Casques  bleus,  de l’armée  et  de  la  police  congolaises  permet  de  s’interroger  sur  la  puissance  de  feu  et  la capacité  de  résistance  de  ces  fameux  Enyele  qui, selon  des  affirmations  officielles  antérieures,  auraient  été  mis  en  déroute  et  rendus  impuissants  depuis  novembre  2009.   Apparemment  défaits  à Dongo, ces  rebelles  étaient  réapparus  peu  après  à  Gemena,  puis  à  Libenge,  Bomongo  et  Makanza, toujours  autant menaçants  et  dévastateurs  qu’avant.  Ils  viennent  de  se  signaler  de  façon  spectaculaire  et  dramatique  à  Mbandaka.

 

   L’aventure  des  Enyele  à  Mbandaka  et  la  manière  dont  ils  ont  été délogés  des  points  névralgiques  qu’ils  occupaient,  soulèvent  encore,  pour  les  observateurs, le  problème  du  départ  de  la  Monuc  de la  Rdc.  Ce  qui  vient  de  se  passer donne   un  avant-goût  amer  de ce  départ  dont  l’Onu  et  le gouvernement  congolais sont  en  train  de  négocier  les modalités. On se  demande  ce  que  le chef-lieu  de la Province  de  l’Equateur serait  devenu si  les  Fardc  n’avaient pas bénéficié  du  concours  des  Casques  bleus  de  la  Monuc. Perplexes  et  craignant  pour  l’avenir  du pays  concernant  l’unité nationale  et  l’intégrité  territoriale,  certains quotidiens libres  et  indépendants  ont  accompagné  leur  relation  des  faits  de  questions  pertinentes  et  intéressantes,  auxquelles  il  ne  serait  pas  facile  de  donner  des  réponses  appropriées.  Selon le  quotidien  Le  Phare  dans  son  édition du  lundi  05  avril, « si la  situation  sécuritaire  rassurante  décrite  par les  services  et  les  officiels aussi  bien  nationaux  que  provinciaux  est  celle-là  qui  règne  effectivement à  travers  la  Province  de  l’Equateur…et  si  les  déclarations  officielles  qui  faisaient  état,  en  novembre  2009  et  au  début  de  cette  année, de  l’anéantissement  total  des  insurgés  Enyele  traduisaient  les  réalités  sur  le  terrain,  comment alors s’expliquer  cette  attaque  surprise  du  chef-lieu même  de la  Province ? »

 « Est-ce  possible, continue  de  s’interroger  le  quotidien  de l’av.  Col. Lukusa,  que  des  éléments  résiduels  qui ne  représentaient  plus  aucune  menace  pour  Dongo,  Gemena  et  leurs  environs, encore  moins  pour Mbandaka, et  qui  se  bornaient  à des  incursions  hasardées  dans  des  villages  perdus  dans  la  forêt,  aient  pu  rebondir  jusqu’à  aller  semer  la  mort  et  la  désolation à  Mbandaka ?  Où  se  trouvaient  donc  les  différents  services de  sécurité,  civils  et  militaires  pour  détecter  à  temps  les mouvements  suspects  des  Enyele  et prévenir  leur  attaque  armée  vraisemblablement planifiée  sur  le  chef-lieu  de  la   Province ? »  L’analyse du  journal  est  si  réfléchie et  pertinente  qu’elle constitue  une  interpellation  à  l’intention des  sphères  officielles.  Le  Phare  s’interroge  finalement  sur  la  nature des  rapports  que  les  autorités  civiles  et  militaires  ainsi  que  les  agents  des  secrets   entretiendraient    avec  la  population  locale.  Car  si  elles  vivaient  en  symbiose,  estime  le  journal,  la  population  s’étant  aperçue de  l’avancement  et  de l’infiltration des  Enyele  dans  son milieu, ne  pouvait pas  manquer  d’en  informer  discrètement les  autorités.

La  Monuc  sauve  les  meubles

    On  ne  souhaite  pas  que la  Monuc  s’éternise  en Rdc  comme  si  ce  pays  était  un protectorat  de  la  Communauté  internationale. Loin  de là.  Mais il ne  faut  pas  que  son  départ  mal  programmé  soit le  remède  pire que le  mal  pour  la  Rdc,  spécialement pour l’unité  nationale  et  l’intégrité  territoriale  qui  s’avèrent  encore  précaires  jusqu’ici  en  dépit  du  processus  politique  et  électoral  ayant  donné  lieu à  l’apparition  de  nouvelles  institutions  et  leurs animateurs.  Non  seulement Mbandaka, mais  que ce  soit  à  Dongo  et  au  Kivu, partout  où  les  Fardc  s’affrontaient  avec  les  rebelles, c’est le  concours  de  la  Monuc  qui  permet de  sauver  les meubles.  Les  milieux  officiels  congolais  ont été  les  premiers  à  demander  le  départ  des  Casques  bleus de  la Monuc.  Mais à New  York, siège  de  l’Onu,  on  a  déjà  annoncé  plus  d’une  fois  que  la  Monuc  ne  quitterait  pas  la  Rdc  aussi  longtemps que  l’autorité  de l’Etat  ne  serait pas rétablie  sur l’ensemble  du  territoire  national.  Au  moment  où  la  situation  de  Mbandaka inspirait  beaucoup  d’inquiétude  et  incitait  à  réfléchir,  on  a  entendu certains  Congolais  faire  des  déclarations  tapageuses à  la  légère sur  des chaines  de  tv.,  selon  lesquelles  la  Monuc  devrait  s’en  aller car, disaient-ils,  le  pays  serait   en  mesure  de  s’assumer !  La protection de  l’intégrité territoriale  de la  Rdc  est  de  la  compétence  de  l’Etat  congolais  qui  doit  s’en  charger  en  exerçant  ses  attributs  de  souveraineté.
 Les  Enyele  ne  sont  qu’un groupe  factieux  comme  il y en a d’autres  qui  écument  l’Est  du  pays,  troublant  la  paix  et  la  sécurité.  Les  Casques  bleus  interviennent  souvent  pout  empêcher  la  déstabilisation  des  institutions.  Ils  ne  peuvent  se  substituer  à l’armée  et  à  la  police  nationales  congolaises  et  travailler  à  leur  place.  On  ne  se  rend  peut-être  pas  compte  que depuis  le  processus politique  et  électoral  jusqu’ici,  la  Monuc  veille  seulement  à  la  sécurisation  des institutions  contre  des tentatives de  leur  renversement par  des  groupes  séditieux  ou  des soulèvements  populaires  potentiels.  Toutes  les  interventions  in  extremis  des  Casques  bleus  dans  des  affrontements  entre  les  Fardc  et le  CNDP  de  Laurent  Nkunda,  entre  les  Fardc  et  les  FDLR,  tout  comme  entre  les Fardc  et les Enyele  à  Dongo  et  à  Mbandaka, visaient  uniquement  cet objectif.  C’était  aussi  le  cas  au  mois de  juin 2005  lorsque  les  Casques  bleus  alors  visibles  sur  le  boulevard  triomphal à  Kinshasa, n’avaient pas réagi  contre  la  répression  brutale,  par  les forces  de  l’ordre,  des  manifestants  de  l’opposition  qui  se  rendaient  au  Palais  du  peuple  pour protester  contre  la  prolongation de la  transition  après l’expiration du   délai  légal de  2  ans.  La  protection  des  institutions  contre  les  aléas de  la  déstabilisation  semble être  leur consigne  formelle.
     Et  cette  consigne  n’a  rien  à  voir avec la  préservation de  l’intégrité  territoriale  que la  Monuc  considère  comme  étant  du  ressort  exclusif  du  gouvernement congolais. C’est  ainsi  que  les  divers  mouvements  de  maquis  nationaux  et  étrangers  sont  toujours  actifs  et  destructeurs  sans  être  domptés. Néanmoins, les  Casques  bleus  interviennent  in  extremis  lorsque  la  Monuc  constate que  les  maquisards  avancent  dangereusement  dans  le  dessein  d’atteindre  finalement  les institutions.  C’est  ce  qui vient  de  se  passer  à  Mbandaka,  un avant-goût  amer  du  départ  éventuel  de  la  Monuc  de  la  Rdc.  A  20 mois  de  prochaines  grandes  échéances  politiques, le  vent  qui  souffle  n’est  pas  à  l’optimisme.  La LRA  et  les  Mbororo font  encore  la  loi dans des  parties  de  la  Province  Orientale. Les  FLDR    et  d’autres  groupes de la  nébuleuse  Mai-Mai sèment  toujours  la  terreur  au  Kivu Nord  et  Sud.  Les  Enyele  dans  l’Equateur  ont  la faculté de se signaler  par-ci par-là  comme des fantômes.  La  population  d’une  partie  du  Territoire de Kahemba  dans  la  Province  du  Bandundu vit  sous  un régime  d’annexion  qui  n’ose  pas  dire  son  nom.  La   répression  des  adeptes  de  Bundu dia Kongo dans  La  Province  du  Bas-congo   reste  encore  comme  le  feu sous  la cendre.  Un  climat  général  délétère  qui  ne permet  pas  d’imaginer  l’organisation  des  scrutins  dans  la sérénité  et  la  confiance.
Jean  N’saka wa N’Saka

 

LEAVE A REPLY

*