Laurent Fabius à la Sénatrice et ex-ministre Lienemann : «La France considère qu’il appartient d’abord aux Africains d’agir en faveur des élections libres»

0
146

laurent-fabiusVotre courrier en date du 19 mai portant sur le respect des règles constitutionnelles en Afrique et notamment en République démocratique du Congo a retenu mon attention, et je souhaite en retour vous faire part des éléments suivants.

            En octobre 2012. à Kinshasa,  le Président de la République a rappelé que la Francophonie porte des valeurs, des principes, des exigences,  notamment en ce qui concerne « la démocratie, les droits de l’Homme ct le pluralisme ». La diplomatie française s’emploie, notamment en Afrique, à défendre ces principes. Pour ce faire, la France ne souhaite pas agir seule mais au contraire placer son action dans un cadre multilatéral.

            La France considère ainsi qu’il appartient d’abord aux Africains d’agir en faveur  des élections libres et du respect de la volonté populaire. Nous soutenons l’action de l’Union africaine qui, dans sa charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, asimile «tout amendement ou toute révision des constitutions ou des instruments juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique » à un changement anticonstitutionnel de gouvernement. Une mission de l’Union africaine s’est rendue au printemps 2014 en République Démocratique du Congo pour  y évoquer les perspectives de ratification de cette Charte par le Parlement congolais. C’est un volet d’action peu médiatisé mais qui, à mes yeux, est important. Une dynamique collective africaine sur ces sujets a plus d’impact que des prescriptions tenues de l’extérieur.

            Par ailleurs, la France agit dans le cadre de l’ONU. La résolution 2117 relative à la situation en République démocratique du Congo, préparée par la France et adoptée par le Conseil de sécurité le 28 mars 2014, appelle le gouvernement congolais à créer les conditions nécessaires pour que le processus électoral soit libre, juste, crédible et transparent et respecte le calendrier.  M. Martin Köbler, Représentant spécial du Secrétaire général en République démocratique du Congo, est chargé d’un mandat de bons offices auprès des plus hautes autorités congolaises afin d’encourager l’organisation d’élections conforme à la Constitution. Il reçoit le plein soutien de la France.

            Nous sommes également très impliqués dans l’action que mène l’Union européenne. Celle-ci dispose d’une riche expérience en matière électorale et entretient un dialogue  politique soutenu avec les autorités de la République démocratique du Congo, dans la perspective des scrutins de 2015 et 2016.

            Nous avons avec les autorités de la RDC, un dialogue nourri et confiant qui nous permet d’aborder tous les sujets avec franchise. Soyez assurés que je serai vigilant sur les points que vous soulevez.

            Je vous prie de croire, Madame la Ministre, à l’assurance de mes respectueux hommages.

Laurent Fabius

LEAVE A REPLY

*