L’Asadho fait état d’arrestations arbitraires à Kasangulu

0
47

 L’Association africaine de défense des droits del’home (Asadho) en sigle, est vivement préoccupée par les cas d’arrestation arbitraires et détentions illégales de quelques personnes opérées par les éléments de la Police Nationale Congolaise, dans le territoire de Kasangulu, province du Bas-Congo. 

            En date du 12 juin 2010 vers 8h00’ dans la localité de Kindedi, territoire de Kasangulu, le Commandant Mpungi du Sous-Commissariat Kimuakasa a appelé et détenu pendant quinze jours, dix personnes dans un hangar destiné à la garde des chèvres. les mauvaises conditions de détention ont fait que les détenus sont tous tombés malades. Il s’agit de Madame Louise Nkenge, Monsieur Clément Vundulu, Monsieur Nzinga, Monsieur Kiala Mpaka, Monsieur Mpasi, Madame Angélique Mbombo.

            En date du 26 juin vers 16h00’, le même Commandant a arrêté arbitrairement et a fait passer à tabac 11 personnes dans les localités de Kingulu, Sona Lemba et Kibambi. Il s’agit de Monsieur Kiyundula, Kiala, Blaise Mpuka, Dialu, Kivuela Futi, Albert Kasongo, Diki Futila, Kiakama, Mpanzu, Zola Ngongo, Nzola.

            Ces personnes ont été enchaînées aux pieds pendant trois jours et ont été contraintes de marcher dans cet état des villages Sona Lemba, Kibambi, au village Ngeba. Elles ont été aussi soumises à des travaux forcés (fabrication des braises et abattage d’arbres) pour le compte du Commandant précité.

            L’Asadho condamne ces actes qui violent les dispositions de l’article 16 de la Constitution qui stipulent que «…Nul ne peut être  soumis à un traitemrnt cruel, inhumain ou dégradant. Nul ne peut être astreint à un travail forcé ou obligatoire». 

De ce qui précède, l’Asadho recommande :

* A l’Inspecteur Général de la Police Nationale

– De faire ouvrir des poursuites disciplinaires, judiciaires contre le Commandant Mpungi;

– De faire libérer les détenus sans condition et de garantir leur intégrité physique et mentale. 

* Aux victimes

– De porter plainte contre le Commandant Mpungi. 

Fait à Kinshasa, le 2 août 2010 

ASADHO

 

LEAVE A REPLY

*