« L’ASADHO dénonce l’arrestation et la détention illégales d’un membre de l’ONG OCEAN »

0
60

Zemanta Related Posts ThumbnailL’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme « ASADHO » en sigle dénonce les actes  d’enlèvement, des violences et voies de fait, d’arrestation et de détention illégales et, des menaces sur la personne de monsieur Alain SHOMBO PEMBE, défenseur des Droits de l’Homme, membre chargé des études de l’Organisation Congolaise des Ecologistes et Amis de la Nature  « OCEAN » en sigle, par les éléments de la Police Nationale de roulage et du Bureau II basés à la commune de Ngaba. 

En effet, en date du 14 août 2013, aux environs de 11 heures du matin , Monsieur Alain SHOMBO PEMBE qui était en train de prendre les images de «Mbasu», au niveau du croisement des avenues Université et Kianza, dans le cadre du monitoring organisé par l’ASADHO sur les tracasseries routières à Kinshasa, a été interpelé, arrêté et conduit brutalement au bureau de la police de la commune de NGABA, par deux policiers de roulage et cinq autres du bureau 2  en tenue civile.  A ce poste de la Police, il sera tabassé, menacé avant d’être détenu illégalement pendant trois jours soit du 14 au 17 août 2013 par l’OPJ MPUTULU sous prétexte d’avoir pris des photos en milieu public sans autorisation.

L’appareil photo numérique de l’ASADHO de marque Panasonic et la carte mémoire de huit giga avec leur  contenu, furent confisqués sans un procès-verbal de saisie et ce, avant de le contraindre à payer 170 $ sans quittance pour sa mise en liberté. Ce défendeur des Droits Humains était empêché de contacter son organisation, l’ASADHO ou un conseil pour l’assister.

L’ASADHO fustige la violation de la déclaration des Nations Unies sur les Défenseurs des Droits de l’Homme par la Police Congolaise en toute impunité et, déplore également l’atteinte par ces éléments de la police aux dispositions des articles 16 alinéa 2, 17 alinéa 1 à3, 18 alinéas 2 à 4  de la constitution.

 

De ce qui précède, l’ASADHO recommande :

* Au commissaire provincial de la police nationale :

– d’ouvrir un dossier à charge de l’OPJ MPUTULU, de deux agents de la police de circulation routière et de 5 agents du bureau 2 précités;

– d’inviter l’Auditeur Général des FARDC à ouvrir les poursuites judiciaires contre les auteurs des actes précités ;

– d’ordonner la restitution immédiate de l’appareil photo numérique et la carte mémoire de l’ASADHO.

 

* A l’Auditeur Général des FARDC :

* d’ouvrir des poursuites judiciaires contre les auteurs des actes précités.

 

* Au Bourgmestre de la commune de NGABA :

 

– d’ouvrir un dossier administratif à charge de l’OPJ

– de veiller à la restitution de l’appareil photo numérique de l’ASADHO.

 

                                                                                                       Fait à Kinshasa, le 23 août 2013

 

ASADHO

LEAVE A REPLY

*